Sovac

AFFAIRE SOVAC ALGÉRIE : Les employés s’en remettent au Président

C’est un véritable exercice de plaidoirie auquel se sont adonnés, hier, dans un communiqué, les employés de la société SOVAC Algérie, qui ont tiré la sonnette d’alarme sur leur situation socio-professionnelle depuis le procès intenté contre leur patron Mourad Oulmi et son frère Khider, accusés de corruption, et donc des retombées judiciaires de cette affaire sur le fonctionnement de l’entreprise et des emplois.
Ainsi, les salariés de la société qui représente en Algérie le constructeur automobile l’allemand Volkswagen, ont organisé un sit-in devant le siège de la direction générale de SOVAC, sis dans le quartier les Grands Vents, à Ouled-Fayet. L’action de protestation intervient dans le contexte du jugement de l’affaire Mourad Oulmi et son frère Khider par le tribunal de Sidi-M’Hamed. Ainsi, dans un document rendu public, le comité de cette entreprise revendique la « libération immédiate » des frères Oulmi et demande « la sauvegarde » de l’outil de travail comme « le sauvetage du seul projet concret qui peut asseoir une véritable industrie automobile en Algérie », pouvait-on y lire.
S’étant manifesté contre le réquisitoire du parquet qui a fixé des peines de 15 à 12 ans, respectivement à l’encontre de Mourad et son frère Khider, les rédacteurs du document estiment que ces deux mis en cause sont « victimes d’une véritable cabale judiciaire ». Et de s’adresser au président de la République par dire que « l’Algérie a besoin de tous ses enfants pour faire face à la crise économique. Le rôle de l’État est de veiller à la sauvegarde des richesses humaines et matérielles
(…) ».
Alors que le verdict de l’affaire Sovac est fixé pour demain mercredi, les employés plaident l’ «innocence » des patrons de la société. Arguments et soutien aux mis en cause à l’appui, le Comité de affirme que l’entreprise a « honoré tous ses engagements envers les banques, l’Andi, les Impôts et toutes les parties prenantes de ces projets élaborés par le constructeur numéro 1 mondial, Volkswagen en l’occurrence ».
Farid Guellil