Rentrée scolaire

À CAUSE DE L’EXPLOSION DES CONTAMINATIONS AU COVID-19 : Des vacances anticipées pour les élèves

Comme l’avaient alerté de nombreux experts de la santé les semaines passées, l’Algérie assiste à la détérioration de sa situation sanitaire en raison de la flambée des cas de contamination au Covid à tel point que le ministère de l’Éducation annonce, dans l’urgence, le début aujourd’hui des vacances d’hiver au lieu du jeudi 16 décembre.

Dans un communiqué, rendu public dans la soirée de mardi, le Men a en effet surpris plus d’un en décidant de l’avancement d’une semaine des vacances d’hiver. Dans son document, il commence par faire état de l’explosion des contaminations au virus dans les établissements scolaires des trois cycles de l’enseignement parmi les élèves, les enseignants et le personnel administratif, ce qui a entraîné la suspension des cours dans de nombreuses wilayas. Face à cette situation, il a été décidé de réaménager le calendrier des vacances scolaires d’hiver, qui sont désormais fixées du jeudi 9 décembre au samedi 1er janvier 2022 dans toutes les régions, a ajouté le communiqué. Les enseignants et le personnel administratif continueront toutefois à travailler du 12 au 16 décembre 2021 pour s’acquitter des tâches liées à la fin du premier trimestre (correction des épreuves, conseils de classe, saisie des notes sur la plateforme numérique, … etc.), selon la même source. Les parents d’élèves pourront récupérer les bulletins scolaires de leurs enfants au niveau des écoles le jeudi 16 décembre 2021 de 9h00 à 14h00, a fait savoir le ministère. Il a été, d’autre part, décidé d’entamer une vaste campagne de vaccination du 12 au 16 décembre à travers tous les établissements scolaires (trois cycles), en coordination avec le ministère de la Santé. Après avoir rappelé les mesures préventives prises très tôt par l’Algérie pour lutter contre la propagation de cette pandémie, le ministère de l’Éducation nationale a appelé les acteurs de l’enseignement, sans exception, à se faire vacciner contre la covid-19 pour préserver la santé de tous, d’autant que plusieurs pays font face à une quatrième vague.

Surprise générale parmi les enseignants et les parents d’élèves
De leur côté, les professionnels de l’Éducation nationale ont exprimé leur étonnement suite à la décision du ministère lui reprochant de ne pas les consulter au préalable puisque les enseignants sont les premiers à être sur le terrain. Dans ce sens, le SG du SATEF, Boualem Amoura, a souligné hier que la décision unilatérale du MEN se répercutera considérablement sur l’avancement des programmes, notamment dans le cycle primaire où les élèves n’ont cours que deux jours et demi par semaine. Rappelant que les méthodes d’enseignement sont déjà chamboulées depuis l’avènement de la pandémie, poussant les enseignants à intensifier et à accélérer les cours au détriment de la capacité des élèves à les assimiler, ceci risque désormais de se compliquer, a-t-il prévenu.
Il révélera que les premiers résultats des élèves du premier trimestre sont catastrophiques, ce qui est la conséquence du passage d’un niveau à autre avec des moyennes basses, en plus de l’accélération des cours et la réduction du nombre de leçons dispensés durant les deux dernières années. Selon Amoura, bien que la décision de fermer les écoles soit prise suite à des données qui nécessitent réellement de le faire et que le ministère de l’Éducation est le seul à les avoir, il aurait été cependant plus judicieux, a-t-il noté, de consulter et d’étudier cette mesure avec ceux qui sont sur le terrain.
Ania Nait Chalal