FIBDA

13e Fibda : La BD, un fond inépuisable pour le cinéma d’animation

Des participants à une rencontre sur la situation de la bande dessinée en Tunisie ont souligné jeudi à Alger, l’importance de cet art qui a toujours constitué un fond inépuisable pour le cinéma d’animation, mais qui reste peu considéré dans les pays du Maghreb.

S’exprimant lors d’une rencontre sur la bande dessinée tunisienne, Hedi Megdiche, didacticien et animateur culturel, a estimé que la BD en Tunisie est un art « marginalisé ». « Il faut cesser d’infantiliser la BD et changer de posture par rapport à un art qu’on continue de considérer comme « mineur », a insisté ce formateur à l’éducation, appelant, à ce propos, à intégrer la bande dessinée dans les programmes d’enseignement scolaire et universitaire, notamment dans les départements des langues. Regrettant le peu d’intérêt accordé au 9e Art par les institutions de son pays, M. Megdiche a noté que la BD, comme le cinéma, est un « médium très fort » auquel les institutions officielles doivent accorder davantage d’intérêt. La bande dessinée est un métier d’avenir, interactif avec tous les autres arts comme le cinéma et très sollicité dans le domaine de l’édition (littérature de jeunesse) et les illustrations ainsi que le cinéma d’animation », a encore affirmé Hedi Megdiche, également président actuel du Festival Printemps de la bande dessinée de Sfax. Pour sa part, son compatriote et auteur de BD, Yassine Ellil, a dressé un état des lieux de la bande dessinée en Tunisie, relevant que cet art est loin d’être un mouvement artistique, mais demeure limité à des initiatives individuelles de créateurs de BD, dessinateurs et illustrateurs. Évoquant sa propre expérience d’illustrateur et d’éditeur, il a relevé le manque d’éditeurs spécialisés dans la BD. Diplômé des arts graphiques,Yassine Ellil a illustré des livres pour enfants et publié plusieurs séries BD dans des magazines tunisiens. Ouvert au public jeudi, le 13e Fibda se poursuit jusqu’au 26 décembre au niveau de l’Office Riadh el Feth avec la participation d’une vingtaine d’artistes algériens et étrangers. Expositions, conférences, ateliers de formation et pédagogiques, défilés de cosplay entre autres, sont au programme de cette édition qui accueille plusieurs pays, notamment la Tunisie, invitée d’honneur de l’édition, les États-Unis, la France, la Pologne, ou encore le Japon.