Zoukh

Zoukh ne veut plus de terrains vacants à Alger

Le wali d’Alger, Abdelkader Zoukh a appelé, mardi après-midi, les propriétaires des terrains vacants qui n’envisagent pas de les exploiter, à conclure des contrats avec des investisseurs privés afin de «créer une dynamique d’investissement» au niveau de la wilaya d’Alger. Les autorités locales «encouragent les investisseurs à rechercher des assiettes foncières pour réaliser leurs projets de développement», a affirmé M. Zoukh, lors de l’inauguration du parc d’attraction couvert «Teri Park» à Chéraga (Alger Ouest) «, appelant les propriétaires qui n’envisagent pas de les exploiter à «conclure des contrats avec les acteurs privés pour un projet d’investissement bénéfique pour la région». S’étendant sur une superficie de
15 000 m², dont 7000 m² couverts, «Teri Park» illustre l’exemple d’un investisseur privé qui a réalisé son projet sans recourir à l’aide des autorités locales en matière du foncier. Par ailleurs, le wali d’Alger a annoncé qu’Alger verra l’inauguration de 3 nouveaux projets d’investissement dans le domaine de l’industrie appartenant au secteur privé, indiquant que «50% des investissements programmés dans le cadre du plan stratégique d’Alger, ont été réalisés». Le premier du genre, «Teri Park» a été réalisé par un investisseur privé en vue de «contribuer au bien- être de toutes les franges de la société». Pour sa part, le maître du projet M. Zidour Zakaria a fait savoir, dans son exposé, que le parc entrera en service vers la fin d’avril, et sera mis à la disposition des familles algériennes et dont le prix d’entrée a été fixé à 1000 DA/famille contre 6 jeux pendant leurs loisirs dans cet espace».

Un séminaire national sur les sectes prochainement à Oran
Un séminaire national sur les sectes et leur influence négative sur l’unité et l’homogénéité des composantes de la Nation se tiendra à Oran à la fin du mois en cours, a annoncé lundi à Aïn Defla, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Mohamed Aïssa. L’objectif de cette rencontre, à laquelle prendront part nombre d’intellectuels et de spécialistes versés dans divers domaines d’activités, «consiste à analyser le phénomène des sectes dans le monde musulman dont l’Algérie», a indiqué le ministre au cours d’un point de presse tenu à la fin des travaux de la première journée de la 14ème édition sur le rite malékite ouverte en matinée à la maison de la culture Émir Abdlekader de Aïn Defla. La proposition de solutions pratiques à même de permettre de faire face à ce phénomène exporté vers nombre de pays musulmans figure également parmi les objectifs assignés à ce séminaire, a ajouté le ministre, qui signale que cette rencontre s’achèvera par la mise en place d’une banque de réflexion autour de cette question. Tout en soutenant que l’organisation de ce séminaire s’inscrit dans le cadre du plan national visant la sauvegarde contre toute dérive liée à la pratique religieuse. Il a invité les imams et les mass médias à répandre un discours consolidant l’unité nationale. «À cause d’interprétations fallacieuses de l’Islam, pas moins de 100 journalistes, 114 imams et bien d’autres enfants de ce cher pays ont été assassinés», a-t-il déploré, observant que le travail préventif est important dans toute tentative visant à extirper les jeunes de ce phénomène aux répercussions néfastes.

Réinsertion de près de 10 000 détenus depuis 2010
Près de 10 000 détenus ont été réinsérés dans la vie sociale et professionnelle depuis 2010 à ce jour dans le cadre du programme de l’État visant à prendre en charge cette frange de la société, a indiqué hier le directeur général de l’Administration pénitentiaire et de la réinsertion (DGAPR), Mokhtar Fellioun. «Depuis 2010 à ce jour, nous avons réinséré exactement 9 960 détenus. Ceux-ci ont bénéficié d’une meilleure prise en charge à travers le pays ainsi que d’une formation professionnelle afin qu’ils puissent se réinsérer dans la société», a expliqué Fellioun à l’APS en marge d’un séminaire régional sur le rôle de la société dans la réinsertion des détenus organisé au siège de l’Office des établissements de jeunes (ODEJ) de la ville de Bouira. Il a saisi cette occasion pour exprimer son souhait de voir la société civile s’impliquer davantage dans cette question de la réinsertion sociale des détenus.

Le Bundestag disposé à renforcer sa coopération avec le Parlement algérien
Le Bundestag est disposé à «renforcer» sa coopération avec le Parlement algérien par l’examen des possibilités de formation à même de permettre à l’Algérie de bénéficier du programme de bourses parlementaires allemandes et de l’expérience de l’Allemagne dans la formation professionnelle et l’enseignement, a indiqué mardi le président de la délégation parlementaire allemande, Kai Gehring. Lors de l’audience que lui a accordée le président de l’Assemblée populaire nationale (APN), Saïd Bouhadja, Gehring a évoqué les possibilités de coopération future entre l’Algérie et l’Allemagne en matière parlementaire, a précisé un communiqué de l’institution parlementaire. Bouhadja a insisté sur l’importance de la mise en place de projets de formation au profit des jeunes algériens en bénéficiant de l’expérience allemande en matière de formation professionnelle mais aussi en matière de formation au profit des personnels parlementaires, notamment dans le domaine de l’utilisation des technologies modernes, a ajouté la même source.

Hausse du soutien des prix du gasoil utilisé en agriculture
Le soutien des prix du gasoil, utilisé en agriculture, a été revu à la hausse par un décret exécutif publié au Journal officiel n° 16. Ce soutien est accordé aux agriculteurs pratiquant les cultures, menées en irrigué, des céréales, des fourrages, de la pomme de terre et du palmier dattier. Modifiant et complétant le décret exécutif de décembre 1997 relatif au soutien des prix des produits énergétiques utilisés en agriculture, le nouveau texte précise que le niveau de soutien par hectare du prix du gasoil passe à
335 DA pour les zones du littoral et du sublittoral, à 395 DA pour les Hauts Plateaux et à 455 DA pour les régions du Sud. Par ailleurs, le nouveau décret exécutif indique que ce soutien s’ajoute à celui des actions éligibles au Compte d’affectation spécial intitulé «Fonds national de développement agricole» institué par les dispositions de la Loi de finances pour 2013.

Un réseau international composé de sept escrocs tombe à Alger
Les éléments de la Gendarmerie nationale ont démantelé, la semaine écoulée, un réseau international composé de sept escrocs dont un de nationalité marocaine activant à Alger et spécialisé dans la falsification de documents administratifs portant de faux sceaux relatifs à des locaux, lots de terrain et logements fictifs vendus à une cinquantaine de victimes, a indiqué mardi un communiqué de la Gendarmerie nationale. Les mis en causes ont été présentés devant le procureur de la République territorialement compétent, lequel a ordonné leur mise en détention pour «association d’une bande de malfaiteurs, faux et usage de faux, escroquerie et usurpation d’identité», précise le communiqué de la cellule de communication de la Gendarmerie nationale. La section de recherche relevant de la GN de Chéraga a diligenté une enquête, suite à une plainte déposée par un citoyen qui a été escroqué en achetant un lot de terrain avec des documents falsifiés. Les enquêtes menées par la même brigade ont donné lieu à l’arrestation de 7 individus âgés de 35 à 50 ans qui escroquaient leurs victimes en leur vendant des locaux, lots de terrain et des logements fictifs situés dans une commune d’Alger avec des documents falsifiés portant un seaux falsifié appartenant à la mairie, ajoute la même source. Le réseau qui utilisait un bureau d’un employé à la commune (dont le nom n’a pas été cité), avait escroqué et subtilisé près de 1 milliard de dinars à une cinquantaine de victimes issues de plusieurs wilayas dont Alger, Chlef, Tissemsilt, Biskra, Oued Souf et Boumerdès.