WAT

WA Tlemcen : Le club sans président, sans entraîneur et sans joueurs

Le WA Tlemcen, qui a attendu la dernière journée du championnat jouée mardi passé pour assurer son maintien en Ligue 1 de football, fait face à une situation inédite après les démissions du président du club et de l’entraîneur, ainsi que le départ de 24 joueurs en saisissant la Chambre nationale de résolution des litiges (CNRL).
Pour son retour parmi l’élite après sept années passées entre le deuxième et troisième palier, le WAT s’en est remis à la JS Saoura lors de la 38e et ultime journée du championnat, car n’était-ce la victoire des « Canaris » du Sud-Ouest du pays face à l’AS Aïn M’lila (4-1), les « Zianides » seraient vite retournés au purgatoire. Mais la joie des membres de la famille du WAT fut de courte durée, puisque l’avenir du club s’annonce déjà sous de mauvais auspices. L’entraîneur Abdelkader Amrani, l’enfant du club qui a été appelé en « pompier » au milieu de la phase retour, s’est précipité pour annoncer son départ, non sans tirer la sonnette d’alarme. « Ce que j’ai enduré en quatre mois, je l’ai pas vécu pendant toute ma carrière d’entraineur. Le club est livré à lui-même, et le fait qu’on ait réussi à le maintenir en Ligue 1 constitue déjà un véritable exploit. Seulement, je tire la sonnette d’alarme, car sans l’intervention des autorités locales, le WAT ira droit vers la catastrophe. », a prévenu Amrani, avant d’annoncer son départ. Même son de cloche du côté du président, Meliani, qui a pris le train en marche, et qui voit la délégation confiée par ses pairs au conseil d’administration pour gérer les affaires du club expirée. « Je me suis battu tout seul pour subvenir aux besoins de l’équipe et lui permettre de continuer le combat.
Hormis les autorités locales qui nous ont aidés selon les moyens disponibles, et qui nous ont déniché un sponsor, nous n’avons reçu aucun soutien de quiconque. La situation risque de se compliquer davantage, vu que pas moins de 24 joueurs ont saisi la CNRL pour réclamer leurs salaires et obtenir leurs libérations automatiques. », a-t-il indiqué. Cela se passe au moment où le club est déjà interdit de recrutement à l’occasion du « mercato » estival actuel, en raison de ses dettes envers d’anciens joueurs. Et avec le recours de 24 éléments de l’effectif de l’exercice 2020-2021 à l’instance juridictionnelle de la Fédération algérienne de football, il est à prédire que le poids des dettes va s’alourdir davantage, présagent les observateurs.