«Voix de Femmes» : Une clôture avec un master class combinant les sonorités musicales et chants traditionnels

La rencontre «Voix de Femmes», dont les manifestations artistiques et culturelles ont été clôturées mardi dans la soirée par un master-class de la quarantaine d’artistes, représentant les six troupes participantes a cette manifestation, a été marquée par une représentation artistique combinant les sonorités musicales et chants traditionnels «Hadra»,»Hassani», «Ahellil» ainsi que d’autres genres musicaux traditionnels du Sud-ouest.
Ce spectacle, qui a fait la joie du public présent en force à la salle des spectacles de la maison de la culture «Kadi Mohamed» à Bechar et qui a été réalisé et conduit par l’artiste Abdelatti Aoufi, membre du célèbre groupe de musique et chant «Gaâda Diwane de Bechar», a été le «clou» de cette rencontre, ou le même artiste a réussi à faire le brassage des sonorités musicales traditionnelles et populaires, ne laissant pas indifférente la présence d’une salle archicomble de spectateurs, essentiellement de femmes.
L’artiste française Angele Matzko a indiqué à l’APS que «cette rencontre est un moyen de renforcement des liens d’amitié et d’échange culturels entre les artistes et les peuples, et qu’elle m’a permis de m’imprégner davantage du patrimoine culturel et musical du Sud-ouest Algérien, que j’apprécie énormément».
De son cote, le membre du groupe «Gaada Diwane de Bechar», ensemble artistique algéro-français et aussi président de l’association française «Génération 2010», partenaire de l’association féminine locale «Kounouz» (organisatrice de cette rencontre), a affirmé que «ce genre de manifestations est une preuve de l’apport des femmes à la préservation et à la pérennisation du patrimoine culturel algérien, et aussi un espace de sa mise en exergue».
«Malgré quelques imperfections, notamment la faiblesse de la sonorisation, qui n’a pas répondu aux besoins des artistes, j’estime que pour cette première édition de «Voix de Femmes», nous avons pu mettre au-devant de la scène les variantes féminines de «Ahellil», «Hadra», «Hassani» et d’autres expressions chorégraphiques de la région», a souligné Mme Fadila Aoufi, présidente de l’association «Kounouz».