Visite du ministre cubain de la Santé en Algérie : Les rumeurs font jaser les résidents

Dans le conflit opposant les médecins résidents et le ministère de Santé, l’échec d’instaurer des canaux de communication est patent. Des critiques et des rumeurs se sont élevés après la visite de vice-président du Conseil d’État et ministre de la Santé publique de la République de Cuba, Roberto Morales Ojeda en Algérie.

On ne parle que de ça sur les réseaux sociaux : «Le gouvernement compte faire venir davantage de médecins cubains pour faire face à la grève des médecins résidents algériens qui refusent toujours de mettre un terme à leur grève» Toujours dénuée de tout fondement officiel, une autre information enflamme la toile : «Les médecins cubains seront payés à 5 000 euros/mois», pouvait-on y lire. En effet, en visite de travail à Alger jeudi dernier, le ministre cubain Morales Ojeda a été reçu au palais du gouvernement par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, note un communiqué de la Primature. La même source souligne que cette entrevue, tenue également en présence du ministre de la Santé Mokhtar Hasebellaoui, s’inscrit dans le cadre de la célébration de 55e anniversaire de la première mission médicale cubaine en Algérie.
Le même jour et avant l’annonce de la visite du ministre cubain, le Syndicat national des enseignants chercheurs hospitalo-universitaires (SNECHU) a décidé lors d’une réunion extraordinaire de concertation avec la base de maintenir la grève qui se poursuit depuis 4 mois. Après le boycott des activités pédagogiques ainsi que de l’organisation et la surveillance des examens de DEMS, le syndicat a désormais décidé de réduire ses services dans les urgences et un retrait graduel de service minimum assuré jusqu’à maintenant dans les CHU. Le Collectif des médecins résidents (CAMRA) quand à lui devait décider hier lors d’une réunion de concertation sur le maintien ou non de la grève qui touche à son septième mois. Le pourrissement de la situation dans les CHU du pays fait craindre des journées noires pour les patients et plus de pression sur les responsables de la Santé. Le ministre Hasebellaoui avait signifié clairement qu’il refuse de négocier avec les médecins résidents s’ils ne mettent tout d’abord pas un terme à leur grève. Le gouvernement envisage-t-il sérieusement l’option des médecins cubains ? La visite de Morales Ojeda en Algérie a été considérée par la presse cubaine comme «une volonté politique d’élargir la coopération bilatérale». Morales Ojeda a déclaré à l’issue d’un entretien avec Hasbelaoui que 900 médecins cubains sont présents en Algérie dans le cadre de la coopération algéro-cubaine. Selon le quotidien cubain proche de gouvernement «Granma», Morales et Hasbellaoui sont convenus sur la mise en place «d’équipes techniques afin que les opportunités et les possibilités réelles de coopération soient étudiées», après quoi les propositions correspondantes seront faites pour étendre la coopération mutuellement bénéfique entre les deux pays. Les domaines de l’Industrie biomédicale et biopharmaceutique ont été également au menu de la rencontre des ministres des deux pays, affirme la même source. La délégation cubaine s’est déplacée dans la wilaya de Djelfa, où Roberto Morales Ojeda, a rencontré une délégation des médecins cubains qui fournissent des soins médicaux dans cette région de l’intérieur du pays. Morales Ojeda, selon l’ambassade cubaine en Algérie cité par le site CubaSi.cu, a félicité l’équipe médicale pour les résultats réalisés et les efforts consentis, ainsi que pour la reconnaissance qu’ils ont obtenu parmi la population et par le gouvernement algérien. Le ministre et la délégation qui l’accompagne ont visité l’hôpital ophtalmologique « Algérie-Cuba Amitié», et se sont félicité des avancées de cette institution et l’excellence de la technologie pratiquée pour les soins de santé visuelle des patients. Il s’est ensuite dirigé vers l’établissement public mère et enfant, où les progrès considérables accomplis en matière de réduction de la mortalité néonatale et maternelle, la survie des enfants en bas âge avec un poids très faible, le sauvetage de l’allaitement maternel ont été mis en évidence dans les efforts visant à réduire le taux des opérations césariennes.
Hamid Mecheri