Université

Université de Khémis-Miliana : Réalisation d’un projet de gestion intelligente des eaux d’irrigation

Un projet de réalisation d’une ferme pilote basée sur la gestion intelligente des eaux d’irrigation conventionnelles et non conventionnelles, et l’exploitation des énergies renouvelables dans le domaine de l’agriculture est en cours de réalisation à l’université Djillali-Bounaâma de Khémis-Milina (Aïn-Defla), a-t-on appris lundi auprès du recteur de cet établissement. Fruit d’un partenariat entre une équipe de recherche de l’université de Khémis-Miliana et des universités de Turquie, d’Espagne et d’Allemagne, ce projet financé par l’Union Européenne (UE) à hauteur de 300.000 euros porte sur la gestion intelligente des eaux d’irrigation conventionnelles et non conventionnelles et l’exploitation des énergies renouvelables dans le domaine de l’agriculture, a précisé le Pr Hadj Aïlem.
à la faveur de ce projet dont la réception est prévue d’ici à fin mars prochain, des chercheurs des trois pays se rendront à Khémis-Miliana pour encadrer leurs homologues algériens ainsi que les étudiants de la faculté des sciences de la nature et de la vie, et des sciences de la terre préparant leur doctorat, a-t-il noté. «Compte tenu des conséquences du réchauffement climatiques, des spécialistes prévoient que les conflits futurs à l’échelle planétaire porteront sur l’eau, c’est dire l’intérêt pour nous d’être à la page en matière de technologie se rapportant à l’utilisation de l’eau, notamment dans le domaine de l’agriculture», a-t-il souligné. S’agissant de l’emplacement de ce projet, le Pr Aïlem a observé que le choix d’Aïn-Defla n’est pas fortuit, dans la mesure où cette région à vocation agricole est connue pour ses performances en matrière de production, ajoutant que pour une plus grande efficience dans le travail, les directions des services agricoles (DSA) et de l’environnement prendront part au projet envisagé par l’université. Notant qu’il s’inscrit d’un appel à projets à l’initiative de partenaires pour la recherche et l’innovation dans la région méditerranéenne (PRIMA), la responsable du projet, le Dr Richa Amina, a mis l’accent sur le recours à la Smart Technology (Technologie intelligente) dans l’irrigation par le biais des eaux conventionnelles ou non conventionnelles dans le domaine de l’agriculture. Mme Richa, également maître de conférences à la faculté des sciences de la nature et de la vie et des sciences de la terre à l’université de Khémis -Miliana a précisé que les partenaires allemands, espagnols et turcs comptant notamment un centre de recherche travaillant sur les énergies renouvelables, sont en train de développer des prototypes dont l’un sera utilisé au niveau de la parcelle agricole dédiée au projet.
Faisant remarquer que le projet en cours permettra le transfert vers l’Algérie depuis l’Europe de cette nouvelle technologique mise en œuvre en 2017, elle a mis l’accent sur la nécessité de l’intégration de la dimension socioéconomique dans la conception de tout projet.