Arkab

UN REBOND DES PRIX PÉTROLIERS ATTENDU À PARTIR DU 1ER MAI : L’optimisme du ministre Mohamed Arkab

Les cours du pétrole vont connaître une augmentation à partir du début de l’application de l’accord de réduction de production des pays OPEP+ parallèlement à une reprise économique graduelle qui sera encouragée par le déconfinement suite à la crise sanitaire du coronavirus, a indiqué le ministre de l’Énergie, Mohamed Arkab. Soit, à partir du 1er mai prochain, comme date d’entrée en vigueur de l’accord pétrolier conclu le 10 avril dernier.

“L’ensemble des experts que nous avons consultés, dont ceux de l’OPEP, prévoient que les prix du pétrole connaitront une tendance haussière à partir de l’application de l’accord de réduction de production des pays OPEP et non OPEP prévu pour le 1er mai prochain”, a-t-il précisé sur les ondes de la Radio nationale. La décision “historique” de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole et leurs alliés (OPEP+), relative à la baisse de leur production globale de pétrole de 9,7 mb/j en mai et juin puis de 7,7 mb/j au deuxième semestre, conjuguée à une autre baisse en dehors du groupe “ favoriseront l’absorption de l’excédent de l’offre de pétrole”, a estimé le ministre. “ Tous les pays signataires de la déclaration de coopération se sont engagés à appliquer l’accord de réduction de production, en plus d’autres pays producteurs de pétrole non signataires, qui vont se joindre à cet accord à travers d’autres réduction de production supplémentaires”, a dit M. Arkab.
Cette amélioration des cours de brut sera due aussi aux mesures de déconfinement observées particulièrement dans les pays consommateurs de pétrole, dont la Chine, puis l’Europe, ce qui entraînera une reprise des activités économiques, dont les transports dans ses pays, et par conséquent la demande de l’or noir, a expliqué le ministre. Il a observé que durant les dernières 48 heures, une ”stabilité” dans le prix autour de 20 dollars a été enregistrée, ce qui est, estime le ministre, un “bon signe” de relance du marché pétrolier et d’un relèvement des cours.
“Nous sommes optimistes pour une évolution positive de la demande au regard des rapports d’experts qui prévoient une augmentation progressive au deuxième semestre de 2020, et ce, grâce à la levée progressive des mesures de confinement en Asie, notamment en chine, et nous allons vers une reprise graduelle de l’économie mondiale à partir du deuxième semestre de l’année en cours “, a prédit Arkab.

La demande dépend de la reprise de l’activité économique

Selon lui, la demande de l’or noir connaîtra une amélioration graduelle notamment à la faveur de la reprise des activités des entreprises économiques, en particulier les compagnies de transport aérien, dont certaines ont déjà annoncé la reprise de leur activité. “Avec cette reprise, on peut espérer que les cours de pétrole reviendront à la normale (  )”, a-t-il ajouté, citant l’étude de l’AIE qui prévoit, à partir du deuxième trimestre, un prix du baril entre 30 et 35 dollars, et un baril à 40 dollars à partir du troisième trimestre. D’autre part, le ministre a apporté des indications sur les réserves de l’Algérie. Sans compter ses richesses en gaz naturel, l’Algérie possède des réserves pétrolières prouvées d’environ 18 milliards de barils lui permettant de continuer à se placer sur le marché énergétique. Avec une superficie minière d’environ 1 500 kilomètres carrés, parsemée de puits non encore équipés, le pays dispose de capacités propres à s’imposer sur le marché énergétique mondial.
En plus de ses réserves de brut, Arkab mentionne, en outre, la présence de gisements de gaz naturel renfermant environ 2,3 milliards de mètres cubes, auxquels s’ajoutent 260 millions de tonnes de condensat, soit l’équivalent de 4,1 milliards de tonnes de pétrole.
Toutes ces capacités, outre celles destinées à être exportées, représentent autant de réserves permettant à l’Algérie de les utiliser pour ses besoins propres, notamment en les utilisant pour développer son industrie pétrochimique et hâter ainsi le pari de sa relance économique.
M. Bendib