Un brûlot contre Sarkozy : la mainmise du Qatar sur la France

Un livre accablant pour Nicolas Sarkozy vient de sortir aux éditions «Fayard». Ses auteurs, Pierre Péan et Vanessa Ratignier, ont enquêté sur les véritables raisons qui ont poussé l’actuel président de l’UMP d’ouvrir la France au Qatar. Pourquoi les Qataris ont-ils été exonérés de toutes taxes immobilières, y compris sur la plus-value, alors que les contribuables français, y compris les plus démunis, la payent plein pot ? Pourquoi le club de foot le plus prestigieux, le PSG, a-t-il été offert à cet émirat ? Pourquoi des hôtels particuliers et des châteaux, classés patrimoine mondial, ont-ils été vendus aux oligarques de Doha ? Pourquoi le couple Hamad-Sarkozy ont-ils décidé de détruire la Libye ? Pourquoi la droite au pouvoir a-t-elle autorisé le premier émirat financier du terrorisme islamiste d’investir les banlieues pour prendre en charge les Français de la diversité ? À ces questions et à bien d’autres encore, Vanessa Ratignier et Pierre Péan répondent avec le brio des grands journalistes d’investigation qui ne se laissent pas acheter ou intimider. Dans la quatrième de couverture, on lit que «nombre d’États du Golfe lorgnent sur le patrimoine français et tentent des pétrodollars plein les poches, d’acheter tout ce qui peut l’être avant épuisement de l’or noir. Jusqu’ici, nos dirigeants leur avaient résisté -du moins en apparence-, offusqués par tant d’audace. Mais, avec le Qatar, c’est une tout autre histoire. La France est devenue le terrain de jeu sur lequel la famille Al-Thani place et déplace ses pions politiques, diplomatiques, économiques, immobiliers ou industriels». Dans son enquête au cœur du pouvoir, Vanessa Ratignier, avec le concours de Pierre Péan, retrace l’histoire d’un partenariat ancien qui a mal tourné : la France est désormais «sous influence», comme si elle était devenue une chasse gardée de l’émirat. Les élites françaises, «maniant l’art du double langage, amalgament depuis des années intérêt général et enjeux personnels, si bien qu’on se demande parfois où s’arrête le mélange des genres. Cette situation, qui rappelle le pire de la Françafrique, marque l’avènement d’une Qatar-France». Le livre cite l’hebdomadaire «Marianne» : «des bruits circulent notamment sur le financement par le Qatar du divorce de Nicolas Sarkozy avec Cécilia en octobre 2007. Certains suggèrent qu’il a été payé par un prélèvement effectué sur l’argent versé par le Qatar à la Libye, en échange de la libération des infirmières bulgares, détenues par le régime de Kadhafi. Le Qatar aurait versé bien plus que le montant de la rançon réclamée par la Libye. Le tout sur des comptes en Suisse qui auraient notamment servi à financer le divorce de Nicolas Sarkozy. Dans son excellent livre sur la relation entre Kadhafi et Sarkozy, la journaliste Catherine Graciet évoque également cette caution de 300 millions de dollars et essaye de voir à qui elle a bénéficié réellement. Certainement pas à Khadafi ni a la Libye. Sarkozy contribuera à installer le Qatar comme une puissance incontournable du Moyen-Orient, ses dirigeants lui dictant même sa politique étrangère dans la région. D’autres responsables politiques rapporteront que le Qatar aurait pu être «la pompe à fric» de Sarkozy bien après avoir quitté le pouvoir, allant jusqu’à imaginer la création d’un fonds d’investissement dirigé par l’ancien chef de l’État, qui lui aurait rapporté 3 millions d’euros par an». Dans «Le Point» du 6 septembre 2014, Romain Gubert écrivait qu’il s’agit d’une «enquête dévastatrice». Pas tellement pour le Qatar. Mais pour la France et son personnel politique. Dans leur livre, Vanessa Ratignier et Pierre Péan racontent avec une foule de détails ahurissants la façon dont, petit à petit, le Qatar a tissé sa toile au sein de l’élite française. Et ce, avec la complicité de Nicolas Sarkozy… Et comment, grâce à ses devises, Doha fait à peu près ce qu’elle veut dans l’Hexagone. Vanessa Ratignier et Pierre Péan, «Une France sous influence. Quand le Qatar fait de notre pays son terrain de jeu», éd. Fayard. Journaliste indépendante, Vanessa Ratignier est auteur des séries documentaires «Manipulations», une histoire française (France 5, 2011) et Qatar (France 5, 2014). Pierre Péan, célèbre écrivain-enquêteur, auteur notamment de «La Face cachée du Monde», éd. Mille et une Nuits, 2003, et de «La République des mallettes», éd. Fayard, 2011.

M. Bendib

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>