Trump presse toujours les producteurs à agir pour faire baisser les prix : L’Algérie se satisfait d’un baril à 70-80 dollars

Le marché pétrolier mondial est actuellement stable, a déclaré jeudi le ministre de l’énergie, Mustapha Guitouni, ajoutant que l’Algérie se satisfait d’un prix du baril entre 70 et 80 dollars. Le président américain, Donald Trump, a demandé aux pays producteurs, et notamment l’Opep dont l’Algérie est membre, d’agir pour faire baisser les prix. Mustapha Guitouni a opposé une fin de non-recevoir tout en assurant que l’Opep et ses alliés étaient ouverts au dialogue. « Un prix entre 70 et 80 dollars le baril est convenable pour l’Algérie », a-t-il déclaré à l’ APS. « Le marché est stable. Nous espérons que cette stabilité durera ». Le prix du Brent a franchi la barre des 80 dollars le baril cette semaine, au plus haut depuis 2014. « Nous (l’Opep) sommes actuellement en discussions avec les consommateurs pour trouver un compromis, et je pense que tout se passe bien », a ajouté le ministre. Les cours du pétrole ont rebondi jeudi dans un marché redoutant de voir l’offre d’or noir se réduire trop fortement après l’entrée en vigueur de sanctions américaines contre les exportations iraniennes. à Londres, le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en novembre, a gagné 38 cents pour terminer à 81,72 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE). Il remonte ainsi tout près de son plus haut niveau en quatre ans atteint mardi (81,87 dollars). Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de “light sweet crude” (WTI) pour la même échéance a pris 55 cents pour finir à 72,12 dollars. L’annonce d’une hausse hebdomadaire des stocks du brut aux États-Unis, qui avait fait baisser les prix de brut mercredi, a vite été reléguée à l’arrière-plan lorsque le secrétaire américain à l’Énergie Rick Perry a affirmé devant la presse que le pays n’envisageait pas d’utiliser ses réserves stratégiques.
I.M. Amine