Tizi Ouzou : hommage à Matoub Lounès

À l’occasion de l’anniversaire de la naissance du chanteur Matoub Lounès assassiné par des terroristes en 1998, des activités en hommage à l’artiste ont été organisées dans la wilaya de Tizi ouzou où la fondation riche et variée a été tracée par la fondation qui porte le nom du regretté. Une exposition a eu lieu samedi au siège de la fondation Matoub Lounès qui est également la demeure familiale du défunt dont la mémoire est souvent honorée par des milliers de personnes au point où sa maison devient un véritable lieu de pèlerinage qui ne désemplit pas à longueur de l’année. Samedi à la même occasion une gerbe de fleurs a été également déposée à Thala Bounane, lieu de l’assassinat de la victime « Matoub Lounès aurait 59 ans aujourd’hui si les forces du mal n’avaient pas décidé de lui ôter la vie. Il est toujours déplorable que ces dates symboliques ne soient pas accompagnées de festivités à la hauteur de ce qu’il était et de ce que symbolise Matoub Lounès. Beaucoup de questions ne cesseront jamais de tarauder l’esprit de ses fans, de ceux qui l’ont aimé et admiré vivant et de ceux qui ont respecté sa mémoire », déplore un fan de l’artiste. Par ailleurs, il est bien utile de rappeler surtout à la génération montante que Matoub Lounès est né le 24 janvier 1956 à Taourirt Moussa Ouamar, un village de la commune d’Ait Mahmoud Mahmoud dans la daïra de Beni Douala, wilaya de Tizi-ouzou. La vie de Lounès était très agitée, » il a vécu des moments tragiques qui ont marqué sa carrière d’artiste. Sa carrière artistique était indissociable de son combat politique. Depuis la sortie de son premier album A Yizem anda tellid ? (Ô lion où es-tu ?) Lounès Matoub célèbre les combattants de l’indépendance et fustige les dirigeants de l’Algérie auxquels il reproche d’avoir usurpé le pouvoir et de brider la liberté d’expression. Chef de file du combat pour la reconnaissance de la langue berbère, Lounès Matoub est grièvement blessé par un gendarme en octobre 1988. Il raconte sa longue convalescence dans l’album L’Ironie du sort (1989) ». « Violemment opposé au terrorisme islamiste, Lounès Matoub condamne l’assassinat d’intellectuels. Il fut cependant enlevé en 1994 par un groupe armé, puis libéré au terme d’une forte mobilisation de l’opinion. La même année, il publie un ouvrage autobiographique Le Rebelle et reçoit le Prix de la mémoire des mains de Danielle Mitterrand. En 1995, Lounès Italie Matoub participe à la « marche des rameaux » en Italie pour l’abolition de la peine de mort, alors qu’en mars 1995, le S.C.I.J. (Canada) lui remet le prix de la Liberté d’expression. Le 25 juin 1998, Lounès Matoub fut assassiné sur la route menant de Tizi Ouzou à Beni Douala, à quelques kilomètres de son village natal. Les funérailles du chanteur drainèrent des centaines de milliers de personnes ».
M. Yassini

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>