Box-office us : American Sniper est toujours un phénomène

Face à l’énorme carton American Sniper, la revenante Jennifer Lopez se défend bien dans un thriller sexy. Ça y est : American Sniper vient de franchir la barre des 200 millions de dollars au box-office américain. 200,1 millions de dollars conquis à la pointe de la baïonnette. Pour son deuxième week-end en sortie extended (dans 3 705 salles), le film de guerre de Clint Eastwood a récolté 64,3 millions en trois jours. Une baisse de seulement 28% : c’est le huitième meilleur deuxième week-end de tous les temps, mieux que le deuxième week-end d’Alice au pays des merveilles (64,3 millions en 2010) et en-dessous de celui de Spider-Man (71,4 millions en 2002). Avec six nominations aux Oscars dans son chargeur, American Sniper est véritablement le premier phénomène de 2015. Mieux : rien ne semble empêcher American Sniper d’être toujours numéro un la semaine prochaine, les sorties concurrentes (Black or White avec Kevin Costner, le film de voyage temporel en found footage Projet Almanac) ne semblent pas de taille à lutter.
Le 6 février, Jupiter : Le Destin de l’univers des Wachowski (dont le Cloud Atlas avait fait un flop en 2012) et Bob l’éponge – le film : Un héros sort de l’eau essaieront de coller un headshot à Bradley Cooper. Difficile de déloger un sniper. Le 13 février, ce sera de toutes façons la sortie de 50 nuances de Grey et là, Bradley devrait mordre la poussière. Grâce à American Sniper -mais aussi à The Imitation Game, carton en sortie limitée et sur le long terme-, le box-office américain est supérieur de 9,3% à celui de 2014 sur les 25 premiers jours de janvier. C’est la fête -sauf pour Johnny Depp dont le Charlie Mortdecai est un gros flop et le film d’animation Strange Magic, écrit par George Lucas, qui se plante totalement. Pendant ce temps, on a failli louper la sortie d’un nouveau film avec Jennifer Lopez qui fleure bon le vingtième siècle ! Un voisin trop parfait démarre deuxième avec 15 millions de dollars. C’est un très bon score, en fait : le film n’aurait coûté que 4 millions de dollars, d’après Universal, puisque le producteur de ce thriller n’est autre que Jason Blum -l’artisan des cartons Paranormal Activity et American Nightmare, dont le credo est de faire des films dont le budget tourne autour de 5 millions. Et la contre-programmation face à American Sniper d’Un voisin trop parfait (en deux mots : J-Lo fricote avec son voisin qui est peut-être un psychopathe) a fonctionné, malgré un matraquage critique en règle (« c’est pire que le dernier album de Jennifer », pique un critique peu inspiré). Jennifer, qui n’avait connu que des flops récemment (Le Plan B, ce qui vous attend si vous attendez un enfant, Parker), semble avoir été le principal facteur d’attrait du film qui a attiré un public très majoritairement féminin.
Paddington récolte 12,3 millions pour son deuxième week-end. Une baisse légère de seulement 34,3% : le film est en effet le seul film familial projeté aux USA à grande échelle. Même si le résultat de Paddington aux Etats-Unis (40 millions) n’est pas du même ordre que les gros hits familiaux de 2014, c’est plutôt honorable. En deuxième semaine, Témoin à louer descend de deux places et se retrouve quatrième avec 11,6 millions. Une baisse de 44% dans la moyenne. Le film a récolté 39,6 millions pour un budget de 23 : c’est correct, mais c’est loin de Mise à l’épreuve qui avait gagné en janvier 2014 134,9 millions et fait du comique Kevin Hart une star de la comédie US. Témoin à louer aura en plus du mal à s’exporter.
Enfin, Taken 3 tente de résister avec 7,6 millions en troisième semaine. Total américain : 76 millions. Total mondial : 225,9 millions. C’est un gros succès (48 millions de budget) mais c’est le pire résultat de la franchise. Il était temps que ça s’arrête, pour Liam Neeson comme pour nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>