7.9 C
Alger
24 février 2024
lecourrier-dalgerie.com
Culture+

Théâtre : «Tislit Bwenzar» subjugue le public à Tizi Ouzou

La pièce « Tislit Bwenzar », de la coopérative théâtrale « Machahu » d’Iferhounene a souvent subjugué les férus de l’art des planches, notamment lors de sa présentation au théâtre régional Kateb-Yacine de Tizi-ouzou.
Le scenario et la mise en scène de cette œuvre ont été réalisés par Houche Abderahmane. Notons que la pièce est tirée d’un compte Kabyle ancien qui relate les aventures d’un jeune prince déchu de son royaume. Devenu vagabond, il part à la recherche de son destin, un oracle le conseille d’aller à la recherche d’une princesse s’appelant « Tislit Bwenzar » (Arc en ciel) fille d’un ogre et d’une ogresse, pour qu’il puisse retrouver son royaume. Pendant son périple, il va traverser 07 régions (arches), dans chacune d’elle il découvrira des rites, des traditions des chants, des paysages, des couleurs et des costumes différents. À la septième aventure, il découvrira celle qu’il cherche, celle-ci le mène vers ses parents qui le soumettent à trois épreuves difficiles à surmonter. Avec l’aide de sa bien-aimée qui est en même temps une magicienne il réussira à les surmonter. Le couple fuit la forêt, poursuivi par l’ogre et l’ogresse, mais ces derniers ne pouvant les rattraper, l’ogresse jette un sort au prince pour qu’il oublie sa fiancée, ce qui se réalise. Mais « Tislit Bwenzar » le surveille, dès qu’une prétendante se présente elle utilise ses pouvoirs magiques pour désintéresser le roi, ayant distribué des bœufs pour la fête, il envoie ses gardes pour les récupérer ; arrivés à celui élevé par une vieille chez laquelle vit tislit bwenzar, ils trouvent des difficultés à le faire sortir. Le roi vient lui-même, Tislit Bwenzar lui récite des poèmes jusqu’à ce que la bague tombe du doigt, il retrouve la mémoire et reconnait sa bien-aimée, et c’est la fête pendant sept jours et sept nuits. Par ailleurs, d’autres pièces théâtrales initiées par des jeunes talents de la wilaya de Tizi Ouzou ont attiré l’attention des amateur du 4e art, comme la pièce « Assirem », de l’association culturelle « Itran » d’Iloula Oumalou et l’œuvre théâtrale « Dimna Amusnaw » produite par le théâtre régional Kateb-yacine de Tizi Ouzou qui ont subjugué également. Il s’agit de l’histoire d’un petit garçon qui adore les marionnettes fabriquées par son paternel. Néanmoins, cette forte envie d’approcher ces objets inanimés lui est formellement interdite, parce que l’enfant se doit d’abord de se consacrer à ses études. Malgré cela, l’enfant arrive à déjouer la vigilance de ses parents. Nourri de ce fol désir d’entrer en contact avec ces petits êtres, Il subtilise la clé et arrive à ses fins. Très rapidement l’enfant est consacré roi dans un monde magique peuplé d’animaux parlants et d’éléments naturels fantastiques. Pris dans le tourbillon de son inconscience et surtout à dessein mal conseillé par un loup rusé et une hyène dépourvue de tout scrupule, l’enfant est entraîné dans une dangereuse aventure. Cependant, grâce à la bonne et insistante volonté de « kalila » et les efforts tenaces du « Singe » l’enfant arrive à se détacher des animaux malfaisants et retrouver ainsi le droit chemin. Ses parents lui pardonnent son escapade avec à la clé une autorisation d’être en contact avec les marionnettes avec modération.
M. Yassini

Related posts

Comment les espions de sa Majesté se sont mis au service d’Harry Potter

courrier

Béjaïa : Le rafraîchissement de «H’zam el Ghoula» enthousiasme le public

courrier

Pérou : Un site précolombien révèle des peintures millénaires

courrier

Film de montagne : Le parc national du Djurdjura remporte le 2e prix du Festival Mongorno

courrier

Festival des arts de l’Ahaggar : une édition pour redécouvrir la musique africaine

courrier

«ETE EN MUSIQUE A ALGER» : Des soirées thématiques pour le 4e Festival culturel international

courrier

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.