Ténès : la retraite des pêcheurs en débat

La chambre de la pêche et d’aquaculture de Chlef (Ténès) a organisé, jeudi dernier, une journée d’information sur le régime spécifique des marins pêcheurs au cours de laquelle de nombreux patrons pêcheurs ont été conviés. Ont pris à cette rencontre M. Chaib représentant de la CNAS, le responsable de la station maritime des garde-côtes, le directeur de la pêche et des ressources halieutiques et les présidents d’associations de pêche. Tout d’abord, c’est le représentant de la CNAS qui fera un exposé sur les récentes mesures contenues dans la loi de finances complémentaire (LFC) et concernant notamment le secteur de la pêche. A ce sujet, l’intervenant dira que « les nouvelles mesures contenues dans la loi de finances sont à l’avantage des gens de mer” et de citer que les redevances des marins envers la CNAS ont été revues de telle sorte que les cotisations peuvent s’échelonner sur plusieurs mois ». A ce sujet, il faut dire que devant le peu d’enthousiasme des gens de mer à se mettre à jour dans les cotisations, la CNAS semble privilégier le dialogue et la concertation pour trouver les voies et moyens de récupérer « son argent » tout en évitant de pénaliser cette catégorie de travailleurs qui parfois demeurent au chômage involontairement, notamment lors du mauvais temps ou de la période de repos biologique où la pèche est interdite. M. Chaib a indiqué aux présents qu’ils peuvent s’acquitter de leurs cotisations du dernier trimestre et que le reliquat sera payé en tranches suivant un calendrier préétabli conjointement avec les deux parties.
Conformément à la LFC aucune pénalité de retard ne sera appliquée pour les professionnels de la mer a précisé M. Chaib. Toutefois, cette dérogation ne sera plus valable à partir du 31 mars 2016. Lors des débats un patron pêcheur fera remarquer à l’intention du responsable de la CNAS que l’activité de pêche cesse presque complètement à partir du mois de novembre jusqu’au mois de mai et par conséquent aucune entrée d’argent n’est enregistrée .Intervenant sur ce point précis le président de la chambre de pêche suggère aux patrons de pêche de s’acquitter de leurs cotisations auprès de la CNAS au cours de la période ou les revenus tirés des produits de leur pêche sont importants. Généralement la cotisation au profit de la CNAS par un patron de pêche et son équipage oscille entre 20 et 40 millions de centimes par an. Par ailleurs compte-tenu que les gens de mer n’exercent pas un activité régulière dans le temps car soumis à des impondérables (Météo, pannes, repos biologique) ces derniers demandent à revoir le taux de cotisation et le montant de la pension de retraite jugé insuffisant.
Un autre patron de pêche fera remarquer à l’assistance que « après avoir exercé plus de trente ans à bord d’un chalutier en tant que patron de pêche, le montant de ma retraite s’élève aujourd’hui 18.000 DA/mois alors qu’il était dans un passé récent fixé à 15.000DA/mois . Quant à la méthode servant de base au calcul du montant des cotisations des pêcheurs qui ont réellement travaillé, le responsable de la station maritime des garde-côtes de Ténès a précisé que « le rôle d’équipage , document officiel ou sont portés les marins embarqués permet à la CNAS d’arrêter le montant de la cotisation » .Autre point soulevé lors de cette journée celle ayant trait aux conditions de départ en retraite pour tenter de ramener la durée de l’activité de 32 ans à 20 ans ou 25 ans. A ce sujet le président e la chambre de pêche M. Benferdjallah dira : « nous avons proposé au ministère de tutelle pour que cette revendication soit traduite dans les faits dans les plus brefs délais ».
A l’issue de cette journée les présents ont salué cette initiative qui leur a permis de lever le voile sur de nombreuses questions ayant trait à leur activité et surtout aux problèmes de la retraite qui se posent avec acuité aux pêcheurs.
Bencherki Otsmane