Spéculateurs maîtres du jeu

Ala lisière de la troisième semaine du mois sacré du Ramadhan, les spéculateurs restent maîtres du jeu en Algérie, avec des prix sur les fruits et légumes qui saignent les dernières veines des salariés. Sans que le ministre du Commerce ne puisse faire quoi que ce soit pour contrecarrer des plans d’action concertés et rodés depuis de longues années.
À la fin de la seconde semaine, alors que les pluies devaient ramener de l’embellie sur les prix, ceux-ci ont augmenté de plusieurs niveaux. Les motifs invoqués : les pluies. Comprendre que pendant les pluies, les fellahs ne peuvent faire des récoltes. Un motif aussi curieux et aussi insolent que la hausse des prix, une hausse unique en son genre, puisque l’Algérie est bel et bien l’unique pays dans le vaste monde arabo-musulman dont les prix augmentent de manière drastique à chaque Ramadhan.
Vous allez remarquer que les prix vont baisser à la fin de Ramadhan, puisque les motifs auront cessé d’exister et la cupidité aura fait le plein. Le ministère du Commerce aura démontré son incapacité à endiguer un fléau qui le dépasse, puisque la rapine et le brigandage des marchés sont devenus un véritable phénomène de société, comme le copiage pendant les examens ou la violence dans les stades, l’incivisme sur les places publiques ou encore la médiocrité dans les écoles et les universités.
F. O.