SIEERA

SIEERA 2020 : Nécessaire accompagnement aux microentreprises et start-up vertes

La 3e édition du salon international de l’Environnement et des énergies Renouvelables « SIEERA 2020 » est prévu, aujourd’hui, au 11 mars courant à Alger. Il aura pour objectif principal de soutenir les microentreprises et start-up en leur assurant un meilleur accompagnement pour concrétiser leurs projets, a indiqué, mercredi dernier, la ministre de l’Environnement et des énergies renouvelables, Nassira Benharrats. Le SIEERA 2020 vise à soutenir et d’aider les microentreprises et start-up vertes à se faire connaître et à se développer en leur offrant des espaces, de promotion pour leurs produits et services. a précisé Mme Benharrats dans un entretien à l’APS. Elle a ajouté, dans le même cadre, qu’il a été prévu « un espace B to B pour promouvoir les partenariats qui seront conclus par les start-up vertes. Placée sous le haut patronage du président de la République, Abdelmadjid Tebboune, cette 3e édition, qui sera sous le thème : « Les start-up vertes: locomotive du développement durable et de l’économie circulaire », regroupera plus de 130 entreprises publiques et privées, organismes, institutions et plusieurs associations de la société civile ainsi que cinq pays étrangers qui sont : l’Allemagne, l’Espagne, la Turquie et la France aux côtés de la République de Corée du Sud qui est l’invité d’honneur de cette édition, selon la ministre.

Cap sur les énergies renouvelables en Algérie
La pertinence de la promotion des énergies renouvelables dans la politique énergétique et environnementale algérienne a été mise en avant, hier, à Ghardaïa, lors d’une conférence nationale sur les systèmes énergétiques, environnement plasma et matériaux « SEEPM 2020 ». Initiée par le laboratoire de recherche en matériaux technologiques et système énergétique, et l’environnement, en collaboration avec la Faculté des sciences et technologie de l’Université de Ghardaïa, cette conférence a pour objectif de fournir une plateforme intéractive et collaborative pour les chercheurs universitaires et les partenaires industriels, selon les organisateurs. Elle vise également à échanger le savoir-faire, les connaissances et les nouvelles avancées en matière de matériaux fonctionnels, et de haute technologie pour la production d’énergies renouvelables et propres. L’événement se veut aussi une initiative visant à soutenir les entreprises socioéconomiques algériennes en vue de leurs donner des solutions concrètes pour leurs problématiques liées à l’énergie renouvelable, les matériaux, la préservation de l’environnement et la lutte contre la pollution. Il a pour but également à rassembler les organismes et les industriels qui souhaitent échanger sur des problématiques se rapportant à la thématique de cette conférence en vue de favoriser des collaborations et l’innovation. Des universitaires et chercheurs des universités de Boumerdès, El-Oued, Laghouat, Ouargla et Ghardaïa ont insisté sur la nécessité de cultiver la notion d’écocitoyenneté et de préconiser des solutions durables pour le développement économique national à travers l’encouragement et la promotion des énergies propres.
Yousra Hamedi