RASD Sahara

SÉMINAIRE DU « COMITÉ DES 24 » : Seul compte le referendum d’autodétermination au Sahara occidental

La représentant du Front Polisario à l’ONU, Mohmed Sidi Omar, a longuement analysé les tenants et aboutissants de la colonisation marocaine au Sahara occidental et a expliqué les causes et les conséquences de la rupture du cessez-le-feu perpétrée par le régime marocain ainsi que les politiques de fuites en avant de Rabat.
Sidi Omar intervenait lors du séminaire régional des Caraïbes organisé par le Comité spécial sur la situation concernant la mise en œuvre de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux (le Comité des vingt-quatre) de l’Organisation des Nations unies.
Il a rappelé que le plan de règlement basé sur le référendum d’autodétermination de 1991, que le Maroc a formellement accepté et s’est engagé à sa pleine mise en œuvre et d’en respecter les résultats avant de revenir sur son engagement en 2001, en raison de sa crainte apparente du résultat du référendum », qui aurait abouti à l’indépendance des sahraouis.
Le diplomate sahraoui a souligné la position du Front Polisario depuis la signature du cessez-le-feu, ainsi que son attachement à ce qui a été convenu avec l’autre partie (Maroc) et l’ONU. Insistant à cet égard sur le fait que c’est le régime marocain qui a violé les accords, poussé par l’absence d’une position ferme des Nations unies et de la communauté internationale pour contraindre le Maroc à respecter ses engagements et la légalité internationale.  Sidi Omar a expliqué que le « Maroc continue à ce jour et depuis plus de quarante ans d’appliquer en toute impunité une politique coloniale fondée, entre autres, sur la tentative d’imposer le fait accompli par la force, une répression indicible contre les civils sahraouis et les violations continues des droits de l’homme ».
Le représentant sahraoui auprès de l’ONU a souligné que conformément aux résolutions de l’ONU et de l’UA, la seule façon de « résoudre le conflit et de décoloniser la dernière colonie africaine est d’accorder au peuple sahraoui son droit à l’autodétermination à travers un référendum libre ».
Les sessions du séminaire annuel se sont tenues cette année dans la région de Saint John dans l’État caribéen de la Dominique, du (du 25 au 27 août) et ont vu la participation des pays qui composent le Comité des 24, dont l’Algérie.
M. B.