Salah Goudjil interpelle Bouteflika : «le FLN risque l’implosion»

Dans une déclaration remise à notre rédaction, la coordination des opposants à Amar Sâadani, actuel secrétaire général du Front de libération nationale, ont décidé, depuis samedi dernier, de constituer un front afin de contrer l’actuelle direction politique du parti qui s’attelle à l’organisation du 10e congrès prévu fin mai prochain. Ainsi, une batterie de mesures et de décisions a été prise à l’issue d’une réunion ayant regroupé 178 membres du comité central (CC), selon les rédacteurs de ce document portant la signature de Salah Goudjil, cadre du même CC.
En effet, ce groupe a décidé de créer dans l’urgence une cellule de crise qui va suivre heure par heure le développement de la situation qui prévaut dans le parti, et qui sera encadrée par les 178 cadres cités plus haut et qui se sont engagés à boycotter le congrès jugé d’«illégal». Aussi, a-t-on encore décidé de prendre toutes les mesures nécessaires dans le cadre du respect des textes et statuts du parti afin d’organiser légalement le 10e congrès, avant d’affirmer à travers un troisième point que la majorité des élus du Parlement ont décidé de dénoncer les pratiques de l’actuelle direction du FLN. Plus loin encore dans leur détermination, le groupe de l’opposition a appelé les militants de base à se mobiliser contre la tenue du congrès décidé par Sâadani et ce jusqu’à ce que les statuts du parti et des lois de la République soient respectés. En rappelant la requête introduite auprès du Conseil de l’Etat, les opposants ont réitéré leur confiance en la justice et l’administration du pays, tout en rappelant que conformément aux statuts du parti, Sâadani n’a pas le droit de convoquer à lui seul le congrès à l’insu du comité central qui est habilité à décider de l’échéance, a-t-on encore ajouté.
Dans la même déclaration, les redresseurs ont déclaré mettre le groupe de Sâadani devant leurs responsabilités quant aux conséquences et dérives découlant du non-respect des statuts et lois de la République. Enfin, les opposants du FLN ont réitéré leur appel au président du parti, Abdelaziz Bouteflika, afin d’intervenir pour éviter l’effritement du parti avant la tenue du congrès du parti, a-t-on ajouté. Prenant part à cette rencontre, Salah Goudjil, le vétéran des membres du CC s’est engagé auprès des membres s’opposant au prochain congrès, en rendant publique une déclaration dans laquelle il a relevé, lui aussi, que «la situation est grave» d’où la nécessité selon lui, de «s’entendre sur la manière d’éviter l’implosion du parti , implosion qui ne manquera pas d’avoir de graves incidences en particulier sur le fonctionnement des institutions de l’État notamment au sein du Parlement et dans les autres Assemblées populaires où le FLN détient la majorité des sièges», a-t-il déclaré entre autres, avant d’appeler le président du parti, Abdelaziz. Bouteflika, à intervenir.
Farid Guellil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>