Sitev 2018

Promotion du tourisme domestique : Les experts estiment que la destination Algérie n’est pas exploitée

Le tourisme en Algérie descend à son bas niveau, et pour redynamiser la destination Algérie, un grand travail reste à faire pour atteindre cet objectif.

Il faut le dire que notre pays qui a une superficie d’un continent avec la mer, la montagne et le désert, est désormais la plus faible destination touristique en Afrique du Nord, et ce, en dépit des grandes capacités que l’Algérie possède et qui restent pour une grande majorité inexploitées. La faiblesse des services, la cherté, l’absence de professionnalisme et d’autres critères ont négativement affecté la destination Algérie par rapport à celle de nos voisins tunisien et marocain.
Lors d’une virée effectuée au Salon international du tourisme et des voyages (SITEV) à Alger, nous avons sollicité des professionnels et experts du domaine pour en parler sur ce point très sensible, un représentant d’une agence de voyage très connue en Algérie nous a indiqué que : «Le tourisme en Algérie n’est pas grandement exploité par rapport aux capacités et aux opportunités et se basant sur les statistiques de l’Organisation mondiale du tourisme, le secteur du tourisme représente 9.3 % des exportations,
5.9 % du taux d’investissements et 1,8 % du produit intérieur brut.» Ajoutant : «Pour la promotion du tourisme, il faut que ce soit une priorité du gouvernement, on ne peut pas parler de tourisme, si on ne met pas en place une vraie stratégie comme le font nos voisins tunisien et marocain», a-t-il dit. «Le tourisme ce n’est pas seulement les infrastructures et complexes, mais aussi, la bonne formation des professionnels et le service. L’Algérie a de grandes potentialités touristiques qu’il faut juste mettre en valeur. l’idéal est d’encourager l’investissement hôtelier dans tout le pays, afin de donner plus de possibilités aux visiteurs de l’Algérie en matière d’accueil et d’hébergement, et surtout de parfaire le service. »
Lors de notre visite à ce Salon, les représentants de l’École supérieure d’hôtellerie et de restauration d’Aïn Benian à Alger, nous ont sollicité pour expliquer leurs rôle par rapport à la promotion du tourisme. Le directeur adjoint (SIR) de cet établissement, M. Akerma Amir nous a fait savoir que : «l’ESHRA forme des managers dans le milieu hôtelier, il s’agit d’une formation de quatre ans, avec peur objectif à long terme d’être la meilleure école en Afrique du Nord.
Pour cela, on est certifié par l’école hôtelière de Lausanne qui a certifié déjà 10 écoles dans le monde. Nous essayons de combler les lacunes dans ce domaine, nous enseignons le marketing, avec finances la gestion touristique, l’introduction à l’hôtellerie etc… Notre objectif est de participer au développement touristique et économique de l’Algérie. »
B. M. Wali