Bouhadja évincé ? Les doutes de Ould Abbès

24 heures seulement après la déclaration de vacance du poste de président de l’Assemblée et l’écartement de son occupant Saïd Bouhadja, contesté par les députés de la majorité, le SG du FLN, Djamel Ould Abbès, qui a mené la fronde contre Bouhadja, est déjà engagé aux côtés de ses combattants dans les sénatoriales de mi-décembre. Toutefois, un soupçon de doute semble ronger Ould Abbès, aux dires de ses plus proches collaborateurs.
Toujours est-il qu’après avoir passé tout l’été à mobiliser pour « le front populaire solide », Ould Abbès utilise toujours son formidable style et son lexique spécial pour booster le processus de nomination de candidats pour son parti dans tous les coins du pays. Jeudi dernier, le sénateur du tiers présidentiel a faxé une directive à l’adresse des responsables de mouhafadhas et présidents de commissions transitoires pour les instruire des procédures organiques à suivre dans «la sélection des candidats aux élections» de renouvellement partiel de la composante du Conseil de la nation (Sénat). «En perspective de cette échéance importante qui intervient dans une période cruciale de la vie politique et partisane, notamment pour mobiliser pour l’initiative du FLN visant à attirer une grande adhésion autour du programme du président Bouteflika, ces élections constituent une occasion pour affirmer et consacrer la position du parti comme la première force du pays», a souligné la directive d’Ould Abbès. Pour booster la combativité de son parti, le SG du FLN a relevé la barre très haute pour ceux qui désirent se présenter aux sénatoriales. Il s’agit de critères de «transparence totale» qui constitue «la clé de réussite» et également le choix «de candidats parmi les compétences et les plus expérimentés». Côté pratique, la directive portant le numéro 5, a porté 14 critères sur lesquels a insisté Ould Abbès dans la confection de la liste finale des candidats de son parti avant de les mettre sur la course officielle. Selon la directive en question, des primaires pour les militants se portant candidats du parti seront organisées au niveau de chaque wilaya sous supervision d’une personnalité désignée par la direction centrale du parti. Un candidat ne serait toléré de se présenter sur plus d’une wilaya.
H. M.