barrage de Souk Tleta

Projet du barrage de Souk-Tleta (Tizi-Ouzou) : Levée d’oppositions des propriétaires terriens

Les oppositions formulées par des propriétaires terriens, bloquant la réalisation du barrage de Souk Tleta dans la commune de Tadmait à l’Ouest de Tizi-Ouzou, ont été levées cette semaine, a annoncé lundi le wali, Mahmoud Djamaa.

Intervenant lors d’une session de l’Assemblée populaire de wilaya (APW) consacrée à l’adoption du budget primitif 2021, M. Djamaa a indiqué que « les oppositions des citoyens, qui ont bloqué la réalisation de ce projet, ont été levées après concertation avec les propriétaires terriens ». Il a, dans ce sillage, exhorté les élus locaux à, « travailler de concert avec l’administration pour la levée des oppositions retardant la réalisation de plusieurs projets d’utilité publique au niveau de la wilaya » en privilégiant la concertation avec eux. « Il est important, qu’en plus des instruments juridiques existant, de privilégier la concertation avec les citoyens pour leur faire sentir l’importance de ces projets pour le développement de la wilaya et ses retombées sur leurs propres vies », dira-t-il. Le directeur local des ressources en eau (DRE), Mokrane Djouder, a fait savoir, à l’occasion, que, l’écueil des oppositions étant levé, « les propriétaires terriens seront indemnisés et les travaux sur ce chantier reprendront dans les meilleurs délais », annonçant la réception du projet pour la fin de l’année prochaine, 2021. Inscrit en 2015, la réalisation de ce barrage a été retardée à cause de l’opposition des familles habitant sur le site du projet et dont le relogement a pris du retard. Evoquant la situation socio-économique « très difficiles » que vit la wilaya, le président par intérim de l’Assemblée élue, Ferhat Sadoud, a déploré l’arrêt de « programmes publics, dont les projets structurants générant de l’impôt et de l’emploi, par manque de crédits de paiements » et « les entraves bureaucratiques persistantes » face à l’investissement public ou privé. Il citera, à ce sujet, les zones d’activités de Souamaa, à l’Est de la wilaya, et celles de Draa El Mizan et Tizi-Ghennif, au Sud-ouest, qui sont toujours, regrete-t-il, 8 années après leur inscription, « au stade embryonnaire ».