PROGRAMMES TÉLÉVISÉS DU MOIS DE RAMADHAN

PROGRAMMES TÉLÉVISÉS DU MOIS DE RAMADHAN : Le CNJA appelle les médias à soigner leur contenu

Dans un communiqué publié, hier, le Conseil national des journalistes algériens (CNJA) est sorti de son mutisme, en exprimant « son profond regret » face au niveau des programmes télévisés diffusés à l’occasion du mois sacré de Ramadhan. Nous sommes destinataires « de messages de consternation concernant la multitude de scènes aberrantes, incompatibles avec les goûts du public, voire parfois indécentes », a-t-on écrit dans le même communiqué, tout en appelant à ce que ces programmes soient « au service de l’intérêt général, et prennent compte des circonstances du pays en préservant ses intérêts ».
Selon le CNJA, le début du mois sacré de Ramadhan est truffé de « ratages » et « d’échec » de la majeure partie des programmes télévisés à satisfaire les goûts de la famille algérienne, particulièrement en cette conjoncture difficile.
« Les ondes de transmission sont la propriété du peuple et que contenus diffusés doivent être au service de l’intérêt général, tenir compte des circonstances du pays et préserver ses intérêts et ses rapports dans le concert des nations », a-t-on souligné dans le document. Une récente caméra cachée, peu respectueuse des valeurs et traditions humaines en général et algériennes en particulier, et diffusée par la chaîne privée « Numidia TV », a soulevé un tollé de dénonciation et de condamnation ; notamment sur les réseaux sociaux contre ces pratiques.
Cette chaîne privée a été d’ailleurs destinataire, dimanche, d’un avertissement émanant de l’Autorité de régulation de l’audiovisuel (ARAV) suite à la diffusion d’une émission de caméra cachée qui comprenait de « flagrantes infractions ayant enfreint l’éthique professionnelle et attenté à l’ordre public ».
B. O.