Benaknoun

Plus de 600 000 visiteurs à la forêt de Ben-Aknoun durant l’été 2018

La forêt de Ben- Aknoun (Alger) est un espace familial de loisirs «privilégié», ayant enregistré plus de 600 000 visiteurs entre mai et août 2018, a indiqué lundi le directeur général de l’Office des parcs, des sports et des loisirs (OPLA) de la wilaya d’Alger, Lyes Gamgani. Dans une déclaration à l’APS, M. Gamgani a indiqué que la forêt de Ben- Aknoun qui s’étend sur une superficie de 12 hectares est devenue depuis 2017 un espace de loisirs pour nombre de citoyens de la wilaya d’Alger et autres, en quête de détente loin des tracas de la vie quotidienne. Il a précisé dans ce sens que le nombre de visiteurs avait atteint plus de 600 000 durant l’été 2018 et que la forêt accueillait 5000 visiteurs par jour, notamment les week-end. Pour sa part, le responsable de la forêt de Ben- Aknoun, Rachid Kechad, a fait savoir que le mois de Ramadhan avait connu une affluence record des familles qui s’y réunissaient durant le Ftour et le Shour. M. Kechad a dit que 22 agents de sécurité étaient mobilisés au niveau de cet espace, travaillant selon le système des permanences (jour et nuit), en vue d’assurer la sécurité des familles, faisant remarquer que l’accès à la forêt était autorisé toute la journée à titre gracieux pour tout le monde. La forêt de Ben-Aknoun est devenue également le lieu privilégié des sportifs de différentes disciplines, a souligné le responsable, ajoutant que certains d’entre eux ont confié qu’ils préféraient pratiquer le sport dans cet espace, plutôt qu’à Bouchaoui, en raison de la sécurité et de la propreté.

Saisie de 700 kg de fruits et denrées alimentaires interdits à l’importation au Port de Skikda
L’inspection des Douanes de la wilaya Skikda a procédé à la saisie de pas moins de 700 kg de fruits interdits à l’importation, et autres denrées alimentaires, à bord du navire El Djazair 2, a révélé, lundi, l’inspecteur principal Marouane Boussaid, responsable de la communication et des relations publiques à la direction des Douanes. La même source a précisé à l’APS que le navire El Djazair 2, qui a amarré, dimanche matin, au port de Skikda en provenance de Marseille (France), transportait à son bord 253 passagers et 132 voitures contenant 500 kg de kiwis et 200 kg d’oranges. Ce même responsable a également fait savoir qu’environ 2300 cartons de chocolat, de chewing-gum, des friandises réservées aux enfants ainsi que 116 cartons de café soluble ont été saisis. Les agents des Douanes ont procédé, en outre, à la saisie de pièces de rechange, des portières de voitures d’occasion, des épées d’ornement, des vêtements usagés, des ordinateurs, des téléphones portables et des tablettes. M. Boussaid a ajouté, par ailleurs, que lors de la traversée de retour du navire El Djazair 2 qui a repris la mer, lundi, avec à son bord 289 voitures et 530 passagers, 60 cartouches de cigarettes qu’un individu a tenté de faire passer en France, en les dissimulant soigneusement à l’intérieur d’une voiture, et 110 sacs de tabac à chiquer ont été saisis.

ONU : Le chirurgien sud-soudanais Evan Atar Adaha lauréat du prix Nansen 2018
Le chirurgien sud-soudanais, Evan Atar Adaha, est le lauréat du prix Nansen 2018 décerné par le HCR, a déclaré le Haut-commissaire aux réfugiés, Filippo Grandi, dans un communiqué.
«Grâce à ses efforts inlassables, des milliers de vies ont été sauvées et d’innombrables hommes, femmes et enfants se sont vu offrir une nouvelle chance de construire leur avenir», a indiqué M. Grandi à propos du docteur qui a consacré sa vie à soigner ceux qui fuyaient les violences au Soudan et au Soudan du Sud. Pour lui, «l’action menée par le Dr Atar durant des décennies de guerre civile et de conflits est un superbe exemple de profonde humanité et d’altruisme».
Le prix Nansen du HCR pour les réfugiés honore des services exceptionnels rendus aux personnes déplacées par les conflits ou les persécutions. Originaire de Torit, une ville du Soudan du Sud, le Dr Atar a étudié la médecine à Khartoum, au Soudan, avant de pratiquer en Egypte. En 1997, alors que la guerre faisait rage dans l’Etat soudanais du Nil Bleu, il est parti travailler dans cette région où il a créé son premier hôpital, avant de fuir les violences en 2011. Cette même année, le Soudan du Sud, la plus jeune nation du monde, a obtenu son indépendance du Soudan à l’issue d’un référendum.

Bientôt un transport de voyageurs reliant Tindouf et Nouakchott ?
Une étude est en cours pour l’ouverture d’une ligne terrestre de transport de voyageurs reliant la wilaya de Tindouf et la capitale de Mauritanie (Nouakchott), a annoncé, lundi à El-Bayadh, le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaalane. Dans une déclaration à la presse en marge d’une visite de travail et d’inspection dans la wilaya d’El Bayadh, le ministre a souligné que cette étude intervient après l’ouverture dernièrement d’un passage frontalier entre les deux pays. Par ailleurs, Abdelghani Zaâlane a fait remarquer, lors de sa visite, que le réseau de routes nationales dans la wilaya a doublé dans les dernières années, atteignant 1.044 kilomètres en 2018 contre 500 km auparavant. Cette extension du réseau intervient, selon le ministre, en application du programme du président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika visant à relier la wilaya aux autres limitrophes, surtout qu’El Bayadh est frontalière de huit wilayas.

9 candidats à l’émigration clandestine interceptés à Oran
Les services de la Gendarmerie nationale ont mis en échec une tentative d’émigration clandestine de 9 individus à Bomo plage, dans la commune de Bousfer (Oran), a-t-on appris lundi du groupement territorial de ce corps de sécurité. Les éléments de la 4e section de sécurité et d’intervention de la Gendarmerie nationale ont intercepté, dimanche à 3 heures du matin ces harraga originaires d’Alger qui s’apprêtaient à prendre le large à partir de Bomo plage, a-t-on indiqué. Ces jeunes ont été remis à la brigade territoriale de la GN pour poursuivre l’enquête et seront présentés prochainement devant le juge, a-t-on ajouté.

Chiffre du jour : 100

Le bilan officiel de la dixième épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo (RDC) est de 100 morts, dont 69 confirmés au virus Ebola, selon le ministère congolais de la Santé. Selon les statistiques des autorités sanitaires, depuis la déclaration de l’épidémie, la présence du virus a été confirmée sur 119 personnes parmi les 150 cas dénombrés dans l’Est de la RDC. Depuis la zone principale de Mangina où l’épidémie a sévi pour la première fois dans le territoire de Beni, le virus s’est vite propagé à plusieurs zones et localités de la province du Nord-Kivu. Il y a quelques semaines, les autorités sanitaires ont annoncé la présence de l’épidémie dans la province voisine de l’Ituri, localité de Mandima, et samedi dernier, l’épidémie s’est déclarée dans la zone de santé de Tchomia, au bord du lac Albert, à la frontière avec l’Ouganda. «Avec 100 victimes en huit semaines, tout porte à croire que l’épidémie fera plus de victimes que jamais (…) depuis le début de ce siècle. L’heure (de) la fin de la dixième épidémie n’est pas proche», a déclaré Jean-Jacques Muyembe, directeur général de l’Institut national de recherche biomédicale de la RDC.