مجلس-الأمة-2-1500x9999-c

PLF 2019 : Le sénat adopte le budget avec une large majorité

Les sénateurs ont adopté à une large majorité l’intégralité des propositions de PLF 2019, dernière activité du Conseil de la nation. Des élections pour le renouvellement du tiers du Sénat étant prévues dans un mois (28 décembre). Le texte a été adopté dans sa version originale par la majorité des 123 sénateurs (94 présents et 29 ont voté par procuration). Peu de sénateurs ont voté contre et aucune abstention. Lors des débats sur le budget, les sénateurs ont salué des prévisions budgétaires «les plus justes» présentées par l’Exécutif, sur instructions du président de la République. À l’unanimité, les sénateurs ont salué les dispositions contenuesdans le PLF 2019, comme l’optimisation du recouvrement des revenus fiscaux, l’encouragement à l’économie productive et de l’épargne, la lutte contre l’évasion fiscale et l’octroi de plus d’importance au rôle d’agent d’impôt. Parmi les nombreuses propositions de la Commission budget du Sénat, les sénateurs ont préconisé et insisté sur «la nécessité de créer un ministère pour les impôts», dont le rôle est d’améliorer les moyens permettant un meilleur recouvrement de la fiscalité.
Il ont insisté aussi sur «l’implication des laboratoires de recherches aux universités pour aider à établir des plans et visions prospectives de fiscalité et budget. Les sénateurs ont plaidé par ailleurs pour faire des collectivités locales un outil pour encourager l’investissement et non pas uniquement des entités budgétivores. Ils ont appelé aussi à ce que tous les projets d’investissements soient étudiés et traités équitablement par les pouvoirs publics et aussi à notifier dans des délais raisonnables les causes du refus. Se réjouissant de l’adoption du PLF 2019, le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya a estimé dans son intervention que les dispositions adoptées «visent à maintenir le soutien de l’État pour préserver le pouvoir d’achat des citoyens, assurer leur dignité et protéger spécialement les droits des générations futures». Le texte de budget va permettre également, soutient Raouya, de continuer à «booster la dynamique des investissements prioritaires et les activités productives» pour donner un coup de pouce aux «projets économiques à valeur ajoutée» pour servir de locomotive à l’économie et au développement, en s’appuyant aussi sur l’ouverture sur les expériences réussies mondialement en se basant sur l’utilisation des TIC ». Le ministre a exprimé les ambitions du budget qui sont de retrouver les grands équilibres budgétaires et continuer la dynamique des programmes économiques et sociaux en se basant sur la rationalisation de l’utilisation des ressources financières pour concrétiser les orientations du président de la République, de bâtir une économie forte et ouverte sur le monde».
Hamid Mecheri