OUVERTURE AUJOURD’HUI A ALGER DES ASSISES SUR LE TOURISME : Mise à l’examen du schéma directeur de l’aménagement 2030

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Abdelkader Benmessaoud  présidera, aujourd’hui, au Palais des nations (Alger)  à l’ouverture officielle des travaux des assises nationales du tourisme, sous le thème «Le tourisme durable, un avenir prometteur». Organisées par le ministère du Tourisme et de l’Artisanat, en coordination avec l’Agence nationale de développement du tourisme (ANDT), sous le haut patronage du président de la République, les assises nationales du tourisme verront, en effet  la participation de quelque 1000 représentants de différents partenaires, professionnels et acteurs dans le domaine. Aussi, ces rencontres vont permettre de procéder, selon les responsables de ces rencontres  à une évaluation objective de la situation du secteur et mettre sur pied un plan d’action adéquat pour booster la dynamique nationale du tourisme et renforcer son rythme de développement à l’horizon 2030. Par ailleurs, selon le directeur général de l’ANDT, Noureddine Nedri, ces assises constituent, entre autre, une occasion adéquate pour mettre en avant et  en toute objectivité, les points positifs et négatifs du Schéma directeur d’aménagement touristique (SDAT 2030), afin de palier les lacunes et adopter des plans et des programmes susceptibles de promouvoir le tourisme en Algérie. Le tout dans le cadre d’une vision prospective basée sur la réalisation des objectifs du développement intégré, estimant, en outre que le schéma soumis au débat et à l’actualisation est un cadre référentiel pour développer le tourisme, élaborer des visions prospectives en la matière et arrêter des mécanismes opérationnels pour la concrétisation des objectifs de construction de cette destination, à travers la diversification de l’offre touristique nationale et l’élaboration de programmes promotionnels en vue de faire connaître les potentialités touristiques de l’Algérie et encourager l’investissement. Il sera, également question de revenir, lors de ces rencontres  sur les principales préoccupations  du secteur, notamment celles liées à la généralisation de la numérisation du secteur, en termes de gestion de dossiers et de programmes sectoriels pour faciliter les procédures administratives relatives à l’investissement et sur l’importance de consolider l’action commune avec les secteurs concernés, en l’occurrence l’environnement, les transports, la santé, les collectivités locales, la formation et la recherche scientifique. De même, les rencontres devront mettre en évidence  l’importance de renforcer la décentralisation de la gestion et de la prise de décision et de veiller à l’application des différents programmes de développement.  Ils devront débattre, aussi des moyens à même de dynamiser et parfaire l’offre touristique et proposer un cadre juridique et réglementaire le régissant et donner également l’importance de la modernisation des établissements de formation relevant du secteur et l’actualisation des programmes pédagogiques outre la promotion de la culture touristique dans la société. Il est important de noter, par ailleurs, que ces assises seront sanctionnées de recommandations susceptibles de relancer les différentes formules touristiques pour aboutir à une vision future qui tienne compte des importants atouts naturels, civilisationnels, culturels, religieux, historiques et archéologiques que recèle l’Algérie. Faut-il souligner, encore que les travaux se poursuivront, jusqu’au mardi  (22 janvier)  au niveau de quatre ateliers consacrés à l’examen de la révision du schéma en mettant en relief, les insuffisances dont souffre le secteur, notamment la formation à adapter au volume des investissements en cours de réalisation et les moyens de transport à améliorer. Outre le tourisme côtier et thermal, ces ateliers se pencheront, en particulier, sur le tourisme saharien qui intéresse désormais beaucoup de touristes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. De même, un débat sera consacré sur plusieurs thèmes, notamment les questions de l’amélioration des prestations touristiques à travers la révision du système de formation spécialisée et sa modernisation pour être au diapason des nouveaux enjeux et de l’adaptation de la législation aux derniers développement et de l’accompagnement des opérateurs, afin de hisser ces prestations au niveau des standards internationaux outre la nécessaire réhabilitation des structures hôtelières publiques.
Mehdi Isikioune