Maroc

Maroc : Une marche à Rabat pour la libération des détenus du Hirak du Rif

Des milliers de personnes ont manifesté, dimanche, dans la capitale marocaine Rabat pour dénoncer les lourdes peines infligées aux leaders du Hirak du Rif, réclamant leur «libération immédiate» et une réponse aux revendications «légitimes» exprimées par le mouvement de contestation. Baptisée «la marche du peuple marocain : stop à l’injustice politique», cette manifestation a été organisée à l’appel des familles de détenus et plusieurs organisations politiques et de défense des droits humains, de structures politiques et syndicales.

«Le peuple veut la libération des détenus», ont scandé les manifestants, défilant derrière une banderole en soutien aux 42 prisonniers de ce mouvement de protestation populaire qui a secoué le Royaume marocain depuis 2016, selon des médias locaux. «Nous appelons à la fin des arrestations politiques et à la libération de tous les détenus des mouvements et à répondre à leurs revendications légitimes», ont exigé également les manifestants, indignés par la confirmation des lourdes peines prises par la Cour d’appel de Casablanca début avril à l’encontre des membres du Hirak, accusés de «complot visant à porter atteinte à la sécurité de l’État». Les leaders du mouvement, notamment Nasser Zefzafi et trois autres militants ont écopé de 20 ans de prison ferme, soit les peines les plus lourdes, tandis que les autres membres ont été condamnés à des peines allant de 1 à 15 ans de prison. Participant à cette marche nationale avec les autres membres des familles des détenus, Ahmed Zefzafi, père du chef de file du Hirak du Rif, a pris la parole pour s’adresser à l’ensemble des Marocains. «Je vous prie mes concitoyens de vous mettre aux côtés de la justice et de l’équité, car des personnes veulent au Rif un déchirement, un effacement de son histoire, de son identité, de sa fierté et de sa dignité», a-t-il lancé. Les manifestants ont dénoncé, à l’occasion, la sévérité des jugements et réitéré leurs appels à la libération des détenus, relevant que les militants du Hirak n’«avaient commis aucun crime pour mériter un tel châtiment». Le soutien aux détenus du Hirak du Rif a gagné aussi la diaspora marocaine à l’étranger. Samedi, des centaines de Marocains ont investi les rues de La Haye (Pays-Bas) pour protester contre les lourdes peines de prison infligées aux leaders du mouvement de contestation. La diaspora marocaine a dénoncé lors de cette marche la situation des droits de l’Homme, notamment dans le Rif, évoquant de «graves violations des droits des rifains par les autorités marocaines». Le mouvement populaire du Rif avait été déclenché par la mort tragique, en octobre 2016, à Al Hoceima de Mohcine Fikri, un vendeur de poissons broyé dans une benne à ordures en tentant de s’opposer à la saisie de sa marchandise par la police marocaine. Ses funérailles avaient donné lieu à de larges rassemblements et des actions de protestation, notamment dans les villes du Rif et dans d’autres villes marocaines dénonçant les comportements de la police et la marginalisation dont avait subi cette région.