Bourita

Maroc : Bourita l’homme des sales besognes

On a fini par se lasser par les élucubrations du MAE marocain, Nacer Bourita, pour ne pas le nommer, dont les délires récurrents visent beaucoup plus à sauver son poste sous couvert d’agressions verbales à l’égard de notre pays.
Alors qu’à Rabat on parie sur son prochain limogeage, le chef d la diplomatie marocaine qui, en réalité, dirige une coquille vide puisque le véritable patron de cette diplomatie est le souverain himself et son ami de toujours El Himma , d’où des décisions insensées inspirées le plus souvent du making off israélien. Ainsi et faisant fi de la volonté d’apaisement pour ne pas dire des concessions de l’Algérie, soucieuse de la stabilité de la région, ne semble pas trouver d’écho auprès des autorités marocaines qui remettent encore ça en lançant de nouvelles accusations aussi farfelues que gratuites contre notre pays. Au message de fraternité et de paix envoyé par le président Bouteflika, et dévoilé par la très officielle agence de presse marocaine, au souverain marocain, à l’occasion de l’entame du mois de Ramadhan, la diplomatie marocaine, aux abois, les revers diplomatiques s’accumulant , répond par une nouvelle escalade verbale de l’inénarrable Bourita. Se mettant lui aussi à la « diplomatie du tweet» et dans une série de tweets, diffusés dans la nuit de samedi à dimanche, le ministère marocain des Affaires étrangères évoque encore « Une escalade militaire qui se déploie avec la bénédiction et la complicité de l’Algérie, membre de l’UA, dont il viole doublement la charte : en fermant les frontières sur son sol et en abritant sur son sol un mouvement armé qui menace l’intégrité d’un autre membre».
Dans la même veine et prenant ses fantasmes pour la réalité, celui qui est désormais réduit aux basses œuvres par le Makhzen délire et écrit : «Loin de s’estomper, la responsabilité de l’Algérie et du Polisario, face à la communauté internationale, ne fait que s’aggraver». Des contre-vérités dans le plus pur style de la propagande sioniste que les responsables marocains singent sans crainte du ridicule en voulant faire passer l’agressé pour agresseur. La diplomatie algérienne, qui a autre chose de plus digne à faire, surtout en ce moment où le peuple palestinien fait les frais d’un nouveau terrorisme d’État perpétré par l’entité sioniste, avec la bénédiction américaine, ne saurait tomber dans ces provocations récurrentes qui témoignent tout simplement d’un jeu qui, pour être malsain, n’en est pas moins puéril. Mais il faut croire que l’on n’a pas fini avec les fuites en avant des dirigeants marocains qui veulent nous faire passer des vessies pour des lanternes à mesure que va se rapprocher le dead ligne et l’obligation qui leur est faite de se mettre à la table des négociations avec le Front Polisario.
M. Bendib