JM

LETTRE DES JM : C’est l’Algérie qui gagne

Historique, l’Algérie qui s’adjuge la médaille d’or du Badminton en battant l’Espagne.

Oui, historique dans la mesure où cette discipline est méconnue dans le pays et historique également parce que cette spécialité est, du moins sur le plan continental, la chasse gardée de l’Égypte qui compte même des champions du monde.
La paire Koceila Mammeri/Youcef Sabri Medel s’est adjugée la médaille vermeille et son exploit est d’autant plus important puisqu’il a été réalisé à la salle OMS de Oued Tlelat, une bourgade au sud-ouest d’Oran qui était beaucoup plus connue par l’usine de production d’une marque mondiale de limonade et son usine de montage de véhicules et qui se voit aujourd’hui propulsée aux devants de la scène sportive nationale grâce à l’exploit de l’équipe nationale de Badminton.
Ce fut un véritable exploit qui a relégué au second plan les autres faits d’armes de nos sportifs engagés hier. Eh oui parce qu’il y avait la boxeuse Khelifi qui s’est assurée une médaille en se qualifiant à la demi- finale de sa catégorie, il y avait les handballeurs qui ont fait leur entrée en lice en se baladant face à la Turquie, ou encore les véliplanchistes qui ont concouru au niveau du plan d’eau du complexe des Andalouses. il y avait aussi une autre belle surprise avec la médaille d’or remportée, haut la main par le lutteur Bachir Sid Azara. Ces exploits n’ont pas empêché Oran de s’offrir des moments de détente après la grosse frousse ressentie quand la terre a tremblé dimanche soir. Et pour s’offrir cette évasion, les oranais avaient le choix entre se rendre au théâtre de verdure pour danser sur les rythmes de la chanson rai ou au théâtre régional Abdelkader Alloula pour apprécier et goûter aux douces mélodies de la chanson oranaise incarnée par ses maîtres les regrettés Blaoui El Houari, Ahmed Wahbi, Cheikh Mazouzi ou encore Cheikh Bensmir. Ils avaient aussi la possibilité de s’installer dans les places publiques et les espaces verts pour suivre un film sur un écran géant ou une pièce de théâtre, l’art qui a choisi de quitter les planches de la scène du TRO, pour aller dans la rue à la rencontre de son public.
Et pour tous ceux qui ne trouvent pas leur compte dans ce programme spécial jeu une balade le long du boulevard du Front de mer agrémentée d’une coupe de glace dégustée dans une des crèmeries que compte cette artère finira par apporter la sérénité et lancer un appel du pied à Morphée pour un sommeil réparateur. Ah au fait le programme de la journée qui s’annonce est encore plus pétillant avec l’entrée en lice d’autres représentants algériens.
Et pour compléter le tour d’horizon, il y avait comme autre clou de la soirée l’expérience de faire voler, en captif, une montgolfière, une première en Algérie, réalisée par le club de « Bouzguene Vol libre ». La tentative a été une véritable attraction pour les habitants d’Es-sedikkia et pour les autres oranais.
Slimane B.