Les victimes du crash transférées à l’hôpital d’Aïn Naâdja et celui de Béni-Messous : Journée éprouvante pour le personnel médical

La journée d’hier a été la plus éprouvante, la pire peut-être pour le personnel de la Protection civile et des différents services de sécurité en pareil circonstance. Le personnel médical et paramédical de l’hôpital central de l’Armée d’Aïn Naâdja l’a été aussi. Les victimes du crash de l’avion militaire de type Iliouchine, survenu hier à 7H 50 à Boufarik, dans la wilaya de Blida, ont été évacuées vers cette structure hospitalière de banlieue Sud d’Alger. La plupart des militaires décédés et des membres de leurs familles ont été acheminés vers cet hôpital. L’ordre de transférer les personnes décédées a été donné aussitôt que l’accident a eu lieu ; vu l’ampleur des dégâts occasionnés. Dans l’enceinte de l’hôpital militaire, les responsables ont évacué illico le bloc des urgences médicales et d’autres structures médicales de l’hôpital militaire pour recevoir probablement des cas blessés. Même les rendez-vous pour les consultations et les visites des malades ont été tous annulées, nous a indiqué, hier, une source médicale sûre à l’intérieur de l’hôpital militaire. Tout le personnel médical a été mobilisé pour faire face à toute extrême urgence et même le parking de l’établissement hospitalier a été réquisitionné pour accueillir les ambulances de la Protection civile transportant les victimes, ajoute notre source. À 10 Heures, le bloc des urgences a repris la réception des patients après la confirmation de la mort de toutes les victimes, dont les dépouilles devaient être transportées à l’hôpital. En conséquence, le niveau de l’état d’alerte a quelque peu baissé durant la matinée, qui était moins agitée dans cet hôpital militaire, d’autant plus qu’aucun cas de blessure grave ou critique n’a été signalé. Il était environ 14 heures quand une ambulance a transporté les premières victimes du crash de Blida à l’enceinte de l’hôpital. La scène était des plus ahurissantes. Les victimes «ont été complètement calcinées», témoigne notre source. C’est ce qu’a d’ailleurs confirmé le ministère de la Défense nationale, qui a donné un bilan en hausse au fil de la poursuite des opérations de sauvetage et de reconnaissance des victimes. Vers midi, le MDN a communiqué le chiffre fatidique de 257 passagers (dont 10 membres de l’équipage) qui ont péri de cet accident. Vers 14H 30, les ambulances affluèrent vers l’hôpital militaire et toutes les victimes ont été dirigées vers la morgue pour autopsie et reconnaissance de leurs identités. Face à cette hécatombe aérienne, quelques victimes ont été transférées vers la morgue de l’hôpital de Béni Messous. Mais, certaines victimes ont été également redirigées vers l’Hôpital de Aïn Naâdja, faute de disponibilité de places et d’effectifs. Cependant, contrairement à Béni Messous, la situation a été totalement maitrisée à Aïn Naâdja, affirme notre source. Pour permettre une fluidité de la circulation routière entre Blida et Alger, les services de la Gendarmerie nationale ont procédé à la déviation de la circulation routière, à partir de l’entrée Sud de la capitale, précisément au niveau de l’échangeur Oued el Kerma (Gué de Constantine), vers celui de Dar el Beida, en vue d’alléger la circulation des ambulances, venant de Blida et transportant les victimes vers l’hôpital militaire de Aïn Naâdja.
Hamid Mecheri