Les routes, toujours aussi meurtrières : 28 morts en cinq jours

L’hécatombe routière ne cesse de sévir comme le montrent les chiffres alarmants, ainsi rendus publics quotidiennement par les différents services y afférents. Pas moins de 28 personnes ont trouvé la mort en cinq jours. Côté blessés, 848 autres ont été dénombrées dans des accidents de la circulation survenus sur l’ensemble du territoire national.
Ces données portent sur la période allant du 5 au 9 février 2017. C’est ce qu’ont appris, hier, les services de la Protection civile (PC). En effet, les unités d’interventions de la Protection civile ont effectué 13 649 interventions, durant cette période de l’année, résultat sinistre de 770 accidents de la circulation ayant causé le décès de 28 personnes, et la blessure de 848 autres. Ces dernières ont été acheminées et évacuées vers les structures hospitalières les plus proches des lieux des drames engendrés, précise encore la même source. Le bilan le plus lourd a été enregistré au niveau de la wilaya de Médéa ayant causé la mort de 5 personnes et la blessure de 66 autres. L’accident s’est produit à 6 heures 25 du matin lorsqu’un bus transportant 35 passagers s’est renversé à l’entrée de Médéa, plus précisément dans la commune d’Ouezra, tuant sur place trois personnes et deux autres au courant de leur transfert à l’hôpital. L’excès de vitesse ou l’état de fatigue du chauffeur contracté au courant d’un long trajet (ligne Adrar-Alger), serait à l’origine de l’accident, a indiqué, a ce titre, le lieutenant-colonel Bouchrifi. D’autre part, les mêmes services de secours ont effectué 1 039 interventions pour l’extinction de 654 incendies urbains, industriels et autres, apprend-on de la PC.
Également, 6 477 autres interventions ont été effectuées durant la même période pour l’exécution de 5 341 opérations d’assistance aux personnes en danger et opérations diverses, a conclu la même source. Pour Rappel, durant l’année 2016, quelque 3 992 personnes décédées suivant 28 856 accidents survenus sur les routes du pays ont été déplorées. Quand bien même une baisse a été observée en termes du nombre de personnes décédées, établie à 13% par rapport à 2015, les routes du pays constitue, on ne peut plus clair, un danger éminent pour la vie des automobilistes et des usagers en général. Pour les mêmes statistiques arrêtées à fin décembre dernier, la wilaya de Djelfa arrive en tête du classement en termes du nombre de décès survenus par accidents de la route.
Ainsi, un bilan macabre de 149 morts a été enregistré pour la même année. Le facteur humain est à l’origine de 96% des catastrophes routières, du fait des dépassements dangereux, de l’excès de vitesse et du non-respect du Code de la route. C’est du moins, là, les explications du Centre national de prévention et de sécurité routières (CNPSR). En termes du nombre d’accidents enregistrés, la wilaya d’Alger occupe la tête de la liste avec 1 750 accidents enregistrés.
Djedjiga Hamitouche