L’Éducation risque d’entrer dans une zone de haute turbulence : Le Cnapeste et le CLA renouent avec la grève

Il semble bien que la période de grâce accordée à la ministre de l’Éducation nationale, vient de prendre fin. Ainsi, la section d’Alger-Centre du Conseil national autonome du personnel enseignant du secteur ternaire de l’éducation (Cnapeste) a appelé à un sit-in à partir de demain, 22 octobre, pour une journée de grève devant la direction de l’éducation de la wilaya d’Alger.
Les revendications du Cnapeste d’Alger-Centre s’articulent particulièrement autour des «transferts arbitraires d’enseignants d’un établissement à l’autre et les pressions exercées par l’administration sur les syndicalistes», selon Messaoud Boudiba, porte-parole du syndicat. Le Cnapeste n’évacue pas la possibilité de recourir à d’autres actions par son syndicat. De son côté, le Conseil d’enseignants des Lycées d’Algérie a appelé à une grève, pour le mardi 23 octobre. La contestation, cette fois-ci, tourne autour des décisions du ministère de l’Éducation de «clore le dossier de la révision du statut particulier sans prendre en considération les recommandations de la commission mixte qui a travaillé pendant trois années » et de « prolonger le mandat de la commission de la gestion des œuvres sociales pour une année, contrairement à ce que prévoient la loi et l’avis de la majorité des syndicats ».
Les deux syndicats pourraient bien être rejoints, selon leurs dires, par d’autres syndicats de l’Éducation, comme le Syndicat autonome des travailleurs de l’éducation et de la formation (Satef), qui formule des protestations similaires.
Z.S. Loutari