RASD

L’Association française des amis de la Rasd comdamne

L’Association française des Amis de la RASD (AARASD) a condamné l’agression menée, vendredi, par les forces d’occupation marocaines contre des civils sahraouis pacifiques dans la région d’El-Guerguerat, réitérant son « soutien total » aux Sahraouis dans leur lutte pour l’indépendance.
« En tant qu’association française solidaire avec la lutte des Sahraouis pour leur indépendance, nous dressons en urgence à nos autorités si proches du royaume pour qu’enfin notre pays équilibre sa position, seule manière de trouver les moyens de raison pour construire enfin un règlement politique respectueux du droit de la décolonisation et sans doute d’éviter le retour de la guerre », a indiqué l’AARASD dans un communiqué. Elle a rappelé que la veille, les Forces armées royales (FAR) ont lancé une attaque agressive contre les civils sahraouis présents à El-Guerguerat, en ouvrant 3 brèches illégales dans le mur de la honte militaire marocain au sud-ouest du Sahara occidental, soutenant que c’est une violation du cessez-le-feu (signé en 1991 par les deux parties, Maroc et Front Polisario, sous l’égide de l’ONU), qui a « nécessité de mettre immédiatement en mouvement une des colonnes de l’armée populaire sahraouie en défense des civils présents ». « Face à une puissance occupante qui bafoue les termes du Plan de paix signé en 1991″, les Sahraouis ont décidé de « réagir et d’empêcher le royaume du Maroc de faire ce qu’il veut dans un territoire sur lequel personne ne lui reconnaît une souveraineté », a souligné l’Association française. Depuis plus de trois semaines, des Sahraouis civils (hommes et femmes) représentant notamment des associations de jeunesse, des femmes, des travailleurs, d’organisations de défense des droits de l’Homme et plusieurs ONG opérant dans le domaine socioculturel, observent des sit-in à différents endroits le long du mur de sable érigé par l’occupant marocain. L’AARASD a expliqué, dans son communiqué, que ces Sahraouis pacifiques ont organisé un campement sit-in depuis 3 semaines dans la zone tampon devant la brèche illégale d’El-Guerguerat pour empêcher le trafic commercial illégal organisé par le Maroc: « en effet, celui-ci traverse la terre sahraouie sans rendre compte de quoi que ce soit aux Sahraouis ». Évoquant la MINURSO chargée depuis 1991 de mettre en œuvre un référendum d’autodétermination, l’AARASD a déploré le fait que cette mission est devenue une espèce « d’organe de police » chargée de régler la circulation du trafic routier marocain par le passage d’El-Guerguerat vers la Mauritanie.  »45 ans d’occupation militaire, 45 ans d’exil, 45 ans de dispersion et de séparation des familles ! C’est ce que vit le peuple sahraoui sans jamais céder à sa responsabilité historique, mener à bien de manière pacifique dans le respect des règles de la Communauté internationale, l’achèvement de son indépendance », a réitéré l’AARASD. « Mais cette situation n’est plus admissible pour tous les Sahraouis. Trop d’indifférence, trop de mépris et une complaisance inouïe à l’égard du Maroc de la part de la Communauté internationale et du Conseil de sécurité », a-t-elle dénoncé.
M. B.