Pêche

LANCEMENT D’UNE ENQUÊTE NATIONALE SUR LA PÊCHE ARTISANALE : Un potentiel halieutique qui pèse 200 000 tonnes/an

Intervenant, hier, en marge du lancement officiel d’une enquête sur la caractérisation socioéconomique de l’activité de la pêche en Algérie, notamment de la pêche artisanale au port de pêche d’Alger, la directrice de la pêche de la wilaya d’Alger, Rabéa Zerrouki a mis en exergue la prise en considération de la dimension socio-économique de la pêche artisanale afin d’assurer sa durabilité . La même responsable a également rappelé que la pêche artisanale joue un rôle important dans le développement économique.
S’agissant de la production halieutique, Rabéa Zerrouki a fait savoir, par ailleurs, que cette dernière a connu une croissance cette année, tout en précisant que : «Nous tablons sur une production halieutique de 200 000 tonnes à l’horizon 2020».
Outre cela, et dans le cadre de la mise en œuvre des activités du programme «Diveco2», une enquête nationale sur la caractérisation socioéconomique de l’activité de la pêche en Algérie, notamment la pêche artisanale, a été menée, hier, au niveau du port de pêche d’Alger. Cette enquête sera aussi menée, selon les responsables de cette initiative, au niveau de tous les ports de pêche du territoire national.
En effet, le lancement officiel de cette enquête a été marqué par la présence des parties concernées, pêcheurs, armateurs, direction et président de la… chambre de la pêche et de l’aquaculture, les autorités locales, ….
Selon Taftichte Souad, chef de service de la pêche maritime au niveau de direction de la pêche de la wilaya d’Alger, cette enquête vise à avoir une connaissance des aspects socioéconomiques du secteur de la pêche en Algérie, afin de déterminer sa dimension réelle et son importance par rapport à l’ensemble de la société et de l’économie. «Il est donc nécessaire de collecter des informations quantitatives et qualitatives sur le pêcheur et sur son activité, ce qui permet aussi de comprendre les conditions sociales, culturelles et économiques auxquelles sont soumis les pêcheurs au niveau local», a-t-elle ajouté. Et de poursuivre : «il est aussi évidentcertainement d’élaborer et calculer les indicateurs socioéconomiques et technico-économiques nécessaires pour l’analyse multidimensionnelle de l’activité et qui permet aussi de répondre aux exigences nationales et internationales».
Aussi, lors de sa rencontre avec la presse, à l’occasion du lancement officiel de cette enquête au port de pêche d’Alger, Mme Taftichte a souligné toutefois l’importance de la contribution à l’amélioration de la situation socioéconomique des gens de mer et de proposer des actions en mesure de valoriser les ressources halieutiques et les ressources humaines pour un développement durable de la pêche, particulièrement la pêche artisanale. De même, il est important d’identifier les problèmes et les attentes des marins et des pêcheurs, ce qui permet également aux gestionnaires de réorienter les priorités de gestion.
Parallèlement à cela, elle a ajouté, dans ce, qu’il est évident de prendre également en compte les préoccupations et les intérêts des pêcheurs au niveau local.
Évoquant les principaux volets de l’enquête, l’oratrice a indiqué que l’enquête en question a aussi pour objectif de collecter des informations sur la situation socioprofessionnelle ainsi que le niveau de formation des marins pêcheurs.
Dans cette optique, la même responsable a souligné encore que l’enquête sera portée sur un échantillon représentatif de près de 3000 pêcheurs répartis par régions à travers le littoral national, soit presque 20% de l’ensemble des pêcheurs en activité réelle.
Elle rappellera, également, que l’enquête en question a été précédée par deux ateliers régionaux de concertation et de formation.
Faut-il rappeler, dans ce sillage, que la conception du questionnaire a pris plus de trois mois, après une concertation des DPRH, des chambres des wilayas et des experts Diveco 2.
Mehdi Isikioune