sorcellerie

La sorcellerie fait des ravages en Algérie : Des cimetières entiers transformés en laboratoire de charlatanisme

Le phénomène de la sorcellerie et la profanation des tombes est devenu, ces dernières années, un phénomène en vogue en Algérie. Le constat, aujourd’hui, est catastrophique : des tombes entières sont envahies de déchets, bouteilles, vêtements usagés, des bouts de papiers sur lesquels on retrouve des manuscrits du Coran écrits avec du sang et de la matière organique.

En effet, ce constat est pratiquement le même dans la plupart des cimetières de la capitale, dégradation, acte de vandalisme et insalubrité. Certains cimetières sont devenus aussi des lieux et des points de rencontres pour de nombreuses personnes qui s’adonnent à des rites de sorcellerie ou (Sihr) dans ces lieux en dérangeant la quiétude des morts : « La sorcellerie dans les cimetières a pris des proportions alarmantes », nous raconte un gardien d’un cimetière à Alger, avant d’ajouter : « Ces pratiques sont utilisées surtout pour « faire tomber » un homme ou une femme … De même, ces lieux sont devenus, aujourd’hui, des lieux de beuverie et de vente de drogue ».
Pour sa part, Salima, une citoyenne rencontrée au cimetière de «Souidania», affirme, également, que l’endroit sert même de toilettes : « Les charlatans préfèrent, en effet cacher leurs sorcelleries sous la terre, certains cachent des substances métalliques ou de bouts de papiers écrits avec du sang, ou bien une cuillère à soupe !…Ce que signifie une cuillère à soupe cachée dans un cimetière ?…, franchement, je suis vraiment étonnée », s’exclame-t- elle encore. Notre interlocutrice ajoutera, en revanche, que : « Le plus choquant aussi on trouve parfois, des « talismans plombés et des dizaines de « kteb » de toutes sortes …c’est surprenant ! ».
Djamel a, quant à lui, déploré : « C’est incroyable, parfois on tombe sur des scènes scandaleuses, des photos de victimes de la sorcellerie encerclées par des cadenas fermés, même des chaussures enterrées dans certaines tombes délaissées », ajoutant, dans ce contexte que : « Les sorciers, parfois utilisent des choses étranges à savoir : des pattes de poulet, du blé, des poils de chats, …. !».
Abdelkader, un jeune fonctionnaire, interrogé à Alger, dénonce cette réalité : « la sorcellerie fait aujourd’hui des ravages dans notre société…le comble cest que certains charlatans posent, même des « talismans » enroulés sur un os enfoui dans une tombe, c’est absurde ! », a-t-il martelé. Et d’enchaîner : « Certaines femmes utilisent la magie noire à l’aide d’un cœur d’un animal comme celui du crapaud pour tuer « les sentiments » d’un homme ».
Ceci dit et d’après nos interlocuteurs, la sorcellerie est utilisée pour différentes causes et la principale cause est d’empêcher le mariage : « La sorcellerie peut cependant être faite par une amie, une parente, une cousine même une sœur…des femmes ont tendance à payer des millions pour des compositions « magiques » pour empêcher un mariage d’une fille, par exemple », nous fera savoir, encore, Ibtissem, une jeune femme au foyer rencontrée à Alger : « Une femme m’a confié avoir versé 10 000 DA à une sorcière pour une composition magique », a renchéri, Ibtissem.
Aussi, selon les propos des autres interlocuteurs, nos cimetières sont devenus la cible récurrente de la violence, la profanation des tombes et l’amputation de la main des morts pour faire, par exemple, du couscous : « Ce couscous fait avec les mains d’un cadavre est très recherché car, parait-il, très puissant », déclare, Khadidja.
Cette dernière soulignera, par ailleurs, que : « les cadavres les plus recherchés pour pratiquer ces sorcelleries sont les cadavres de nourrissons ».Elle a tout de même révélé que :« plusieurs femmes avaient été interpellées par la gendarmerie, en pratiquant ce genre de sorcellerie ».
Son amie, Adéla, souligne également qu’: « Il y a aussi la suture de la bouche d’un mort pour des pratiques de sorcellerie ».
Mehdi Isikioune

Cheikh Ali Aya, Imam de la grande mosquée au « Courrier D’Algérie » :
« Les autorités locales doivent renforcer le gardiennage et clôturer les cimetières »

Le Courrier d’Algérie : Cheikh, on remarque, aujourd’hui, que la sorcellerie au niveau des cimetières fait des ravages en Algérie, quel est votre constat ?
Cheikh Ali Aya: La sorcellerie est strictement interdite, pratiquer la sorcellerie c’est tuer, sans aucune justification, un être humain cher. La sorcellerie est une très grave pratique commise par une personne qui croit à ses superstitions.
Absolument ce phénomène prend de l’ampleur dans notre société et il faut vraiment l’éradiquer par tous les moyens.

Faut-il également porter plainte contre ces pratiques diaboliques ?
Absolument, il faut les dénoncer en déposant plainte à la gendarmerie par exemple et par la suite à la justice.

Quelles sont les formes de sorcellerie les plus répandues au niveau de nos cimetières ?
Il existe plusieurs formes. Parmi ces dernières, il y a la sorcellerie des « photos», des « angles des doigts », des « sous-vêtements », …..

Comment peut-on faire pour lutter contre ce phénomène social qui guette notre société, notamment ces dernières années ?
Il faut bien que les autorités assurent, quotidiennement, le gardiennage des cimetières. De même, il faut qu’ils soient entourés d’une clôture ou d’un mûr décourageant toute intrusion.
Propos recueillis par : M. I.