Conférence

LA RENCONTRE DE CONSULTATIONS INITIÉE PAR BENSALAH N’A PAS DRAÎNÉ BON MONDE : L’élection présidentielle maintenue pour le 4 juillet

Les travaux de la rencontre de concertation sur les mécanismes de la mise en place d’une Instance nationale indépendante chargée de la préparation et de l’organisation des élections présidentielles, prévues le 4 juillet prochain , se sont déroulés, hier, au Palais des Nations, à Alger, dans des conditions aussi particulières qu’incertaines. Et pour cause, cette rencontre de concertation a eu lieu dans une salle presque quasiment vide, en plus de l’absence remarquable du chef de l’État intérimaire, Abdelkafer Bensalah, initiateur de cette conférence qui a été rejetée par le peuple, boudée par la majorité de la classe politique et des composantes de la société civile. Aussi, cette rencontre a été marquée par un premier incident, avec la sortie du représentant du front El Moustakbal, Abdallah Ouafi. Ce dernier a contesté le caractère huis clos imposé pour le déroulement des travaux de la rencontre. Le parti qu’il représente s’est donc retiré prématurément de cette conférence. Dans une brève déclaration à la presse, Ouafi a déclaré que «ce n’est pas possible que les débats se déroulent à huis clos. On veut que la rencontre soit médiatisée et que tous les Algériens doivent être informés de tous les détails de cette conférence. Nous sommes venus pour donner notre avis et pour débattre des mécanismes à mettre en place en vue de préparer et d’organiser le scrutin du 4 juillet», a-t-il expliqué le motif de son retrait de la salle. De son côté, le secrétaire général de la Présidence, Habba El Okbi a affirmé que « la prochaine élection présidentielle fixée au 4 juillet prochain, se tiendra dans les délais constitutionnels, tel qu’annoncé par le chef de l’État, Abdelkader Bensalah ». Concernant la rencontre de concertation, Habba El Okbi assure que «les consultations engagées par le chef de l’État avec les partis politiques et les personnalités nationales se poursuivront, car il s’agit de l’avenir du pays et de l’organisation d’élections libres et transparentes», ajoutant que «ces consultations visent à asseoir la démocratie, à organiser des élections libres et transparentes et à instaurer un nouveau régime politique. » Répondant à une question relative aux partis qui ont boycotté cette rencontre, El Okbi a fait savoir que la Présidence «a invité tout le monde aux consultations, estimant, que l’opposition a sa propre logique.» Un aveu d’échec, car le SG de la Présidence rappelle que seulement une trentaine de personnes ont répondu à l’appel de Bensalah qu’il a représenté lui-même à ce rendezvous. En effet, de tous les partis invités, seuls l’ANR de Belkacem Sahli, El Islah de Filali Ghouini, El Mostakbel de Abdelaziz Belaïd, le FLN et le RND ont répondu présents à cette rencontre de consultation. Côté personnalités nationales, seul l’avocat Miloud Brahimi a participé à la rencontre. Il est bon de rappeler que l’écrasante majorité de la classe politique et des personnalités nationales avaient décliné l’invitation du chef de l’État à cette rencontre, prélude à l’élection présidentielle fixée pour le 4 juillet prochain.

Med Wali