Khaya

LA MILITANTE SULTANA KHAYA, AFFECTÉE PAR LA COVID 19, CONTINUE À SUBIR LA VIOLENCE DES FORCES MAROCAINES : Brahim Ghali saisit et interpelle le SG de l’ONU

À la suite de la dernière agression de Sultana Khaya par les sbires de la répression marocaine en son domicile à Boujdour et de sa contamination par la Covid 19, le président de la RASD, Brahim Ghali a adressé, une lettre au secrétaire général de l’Organisation des Nations unies pour attirer son attention sur la situation dramatique de la militante des droits humains, Sultana Sid Brahim Khaya et de sa famille, assignés à résidence depuis novembre 2020 dans la localité de Boujdour, dans les territoires occupés.

«Je vous adresse cette lettre afin d’attirer votre attention et celle du Conseil de sécurité sur la situation extrêmement sérieuse que vit la militante des droits humains, Sultana Sid Brahim Khaya ainsi que sa famille à Boujdour, dans les territoires sahraouis illégalement occupés par le Maroc », indique le président sahraoui. Il ajoute, dans sa lettre, que les dernières données indiquent que Sultana Khaya et sa sœur Oum Al-Mouminin ont été atteintes du Covid-19, sciemment contaminées par des agents des services de sécurité marocains. « Le 22 août 2021, des agents des forces de sécurité marocaines ont pénétré dans la maison familiale. Durant cette agression, l’un des agents a violemment empoigné Sultana Khaya et a placé un chiffon sur sa bouche et son nez. Elle en a été quasiment asphyxiée. Par la suite, elle a commencé à se sentir malade et à avoir des douleurs musculaires et autres symptômes associés au Covid-19. Sa sœur Oum Al-Mouminin souffre des mêmes symptômes et il semble qu’un autre membre de la famille ait les mêmes symptômes aussi », explique-t-il.
Le président sahraoui a appelé le SG de l’ONU et le Conseil de sécurité à intervenir en urgence pour venir au secours de la militante et de sa famille.
Il a également demandé à ce que l’ONU et le Conseil de sécurité interviennent pour assurer la protection de tous les militants sahraouis des droits humains ainsi que les prisonniers politiques.
Sultana Khaya a alerté à plusieurs reprises sur les tentatives d’assassinat dont elle fait l’objet de la part des forces criminelles de répression marocaine. Fin Août dernier elle a indiqué avoir fait l’objet, d’une tentative de liquidation physique par les forces de sécurité marocaines, qui ont pris d’assaut son domicile et agressé brutalement les membres de sa famille ainsi que d’autres militants. Assignée à résidence à son domicile, à la ville occupée de Boujdour, Sultana Khaya avait indiqué dans une déclaration à l’APS que des forces spéciales de sécurité « ont pris d’assaut le domicile de sa famille, agressé tous ses membres et tenté de la liquider physiquement, en raison de sa lutte acharnée pour les droits de l’homme dans les villes occupées ».
« Les forces de sécurité marocaines m’ont clairement menacée de mort si je continue à exprimer mes positions politiques et à briser la tentative des autorités d’occupation d’imposer un black-out sur la cause sahraouie dans les villes occupées ».
l’agression barbare contre la famille de Khaya n’a cessé depuis et cette fois ci les forces marocaines veulent l’assassiner en lui inculquant le virus du COVID 19 et la priver de soins. Des méthodes dignes de la barbarie nazie.
Dans une tribune publiée sur CNN.com, la militante sahraouie, Sultana Khaya, avait écrit » En tant que fervent défenseur de l’autodétermination du Sahara occidental, j’ai longtemps été une cible pour le gouvernement marocain occupant. J’ai été battue, torturée et enlevée par la police marocaine, alors que je participais à des manifestations pacifiques « .
Les campagnes nationales et internationales pour la levée de l’embargo sur la famille de Khaya se poursuivent notamment au vu des réactions des organisations et instances internationales en sus des rapporteurs onusiens, lesquels ont dénoncé les pratiques du régime marocain contre la militante sahraouie et sa famille.
M. B.