DGSN

La DGSN lance un concours de recrutement des personnels assimilés dans les 10 nouvelles wilayas

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a annoncé, lundi dans un communiqué, l’ouverture d’un concours de recrutement des personnels assimilés au profit des services de police des dix (10) nouvelles wilayas du sud. « La DGSN annonce l’ouverture d’un concours de recrutement de personnels assimilés, au titre de l’année 2021, au profit des services de police des dix (10) nouvelles wilayas du Sud, à savoir Timimoune, Bordj Badji Mokhtar, Ouled Djellal, Beni Abbès, In Salah, In Guezzam, Touggourt, Djanet, El Meghaier et El Meniaa », lit-on dans le communiqué. Les candidats désirant participer au concours « peuvent télécharger et imprimer le formulaire d’inscription et s’enquérir du dossier à fournir et des conditions de recrutement via le site web de la DGSN et les plateformes numériques de la police algérienne (Facebook, Instagram et Twitter), indique la même source. Le dossier de candidature doit être déposé au niveau des services locaux de la police (services de wilaya des ressources humaines) de la Sûreté des dix wilayas concernées par cette opération, a ajouté la DGSN.

Yémen : 17 enfants tués depuis début janvier
Le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF) a annoncé que 17 enfants ont été tués au Yémen depuis début janvier 2022, appelant les parties au conflit à protéger les civils, particulièrement les enfants. « 17 enfants ont été tués depuis le début de cette année (…) Un bilan qui a doublé par rapport au mois de décembre dernier », indique un communiqué publié par le directeur régional de l’UNICEF pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, Ted Chaiban. « Les enfants au Yémen continuent à payer le prix le plus élevé, et ce, depuis sept ans dans l’un des conflits armés les plus meurtriers de l’histoire moderne », a souligné la même source. Dans ce contexte, l’UNICEF a « appelé les parties au conflit au Yémen à protéger les civils, particulièrement les enfants, ainsi que les zones peuplées et les infrastructures, – s’agissant des installations éducatives et médicales -, et à ne pas les prendre pour cible ». L’Agence onusienne a également rapporté que « plus de 10 000 enfants ont été blessés ou tués depuis l’escalade du conflit yéménite en 2015″, faisant observer que « le bilan réel est susceptible d’être beaucoup plus lourd ». « Il est temps de mettre fin à la violence et de trouver une solution politique. C’est le seul moyen de sauver des vies d’enfants et d’empêcher davantage de misère et de chagrin pour les familles qui endurent ce conflit », a souligné l’UNICEF.

Saisie de plus de 183 000 comprimés de psychotropes à Tlemcen
Les services de police à Tlemcen ont saisi 183 004 comprimés de psychotropes et arrêté six personnes, a indiqué dimanche la cellule de communication de la sûreté de wilaya dans un communiqué. La saisie de cette quantité de comprimés psychotropes a été menée par des éléments de la brigade de recherche et d’intervention de la police judiciaire, sur la base d’informations faisant état d’agissements louches d’une gérante d’une pharmacie à Tlemcen dans la vente de comprimés neuroleptiques. Ainsi, après le lancement d’une opération d’investigation sur le terrain pour s’assurer de la véracité des informations, les éléments de la brigade de recherche et d’intervention de la police judiciaire ont saisi cette quantité de comprimés de psychotropes et arrêté six personnes, dont un spécialiste en médecine interne détenant un cabinet dans la ville de Maghnia, a-t-on indiqué. Une procédure judiciaire a été engagée pour présenter les mis en cause devant le procureur de la République près le tribunal de Tlemcen.

Six morts et 128 blessés durant ces dernières 24 heures
Six personnes ont trouvé la mort et 128 autres ont été blessées dans des accidents de la circulation survenus au cours des dernières 24 heures à travers plusieurs wilayas du pays, indique, lundi, un communiqué de la Protection civile. Par ailleurs, deux personnes sont décédées par asphyxie au monoxyde de carbone: un homme, après avoir inhalé des gaz toxiques émanant de l’échappement de son véhicule à Sétif, et un enfant asphyxié par les gaz dégagés par un chauffage à Chlef. En revanche, 17 autres personnes, incommodées par le monoxyde de carbone émanant d’appareils de chauffage et chauffe-eaux à l’intérieur de leurs domiciles, ont été secourues par les éléments de la Protection civile: 5 à Sétif, 5 à Naâma, 3 à Biskra, 2 à Guelma, 1 à Batna et 1 à Relizane, note la même source. Par ailleurs, dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19, les unités de la Protection civile ont effectué durant les dernières 24 heures, 42 opérations de sensibilisation à travers le territoire national pour rappeler aux citoyens la nécessité du port du masque et les règles de la distanciation physique, ainsi que 34 opérations de désinfection générale ayant touché des infrastructures et édifices publics et des zones d’habitation.

Avec Omicron, une fin de la pandémie en Europe « plausible »
Le variant Omicron, qui pourrait contaminer 60% des Européens d’ici mars, a amorcé une nouvelle phase de la pandémie de Covid-19 dans la région et pourrait la rapprocher de son dénouement, a estimé dimanche le directeur de l’OMS Europe. « Il est plausible que la région se rapproche d’une fin de la pandémie », a dit à l’AFP Hans Kluge, appelant toutefois à la prudence du fait de la versatilité du virus. « Une fois que la vague Omicron sera calmée, il y aura pendant quelques semaines et quelques mois une immunité globale, soit grâce au vaccin, soit parce que les gens seront immunisés en raison de l’infection et aussi une baisse en raison de la saisonnalité », a-t-il estimé. Toutefois, nous ne sommes pas dans « une ère endémique », a souligné le responsable onusien. « Endémique signifie (…) que l’on peut prévoir ce qui va se passer, ce virus a surpris plus d’une fois. Nous devons donc être très prudents », a insisté M. Kluge. Dans la région qui compte 53 pays dont certains sont situés en Asie centrale, Omicron représentait au 18 janvier 15% des nouveaux cas de Covid, soit plus de la moitié que la semaine précédente, selon les données de l’OMS. Dans l’Union européenne et l’Espace économique européen (EEE), ce variant apparu fin novembre, plus contagieux que le Delta, est désormais dominant d’après l’agence de santé européenne. Avec l’explosion des contaminations, il s’agit désormais de « minimiser les perturbations et de protéger les personnes vulnérables » et non plus de se focaliser seulement sur la diminution de la transmission.

Pérou : un parc zoologique de Lima s’efforce de sauver les oiseaux de la marée
Un parc zoologique à Lima s’efforce de sauver les oiseaux marins appartenant à des espèces en danger, touchés par la marée noire qui a contaminé la côte centrale du Pérou. Plus de 40 oiseaux, dont des pingouins de Humboldt, une espèce en voie d’extinction, ont été récupérés sur les plages souillées de pétrole après le déversement de quelque 6.000 barils de brut il y a une semaine au nord de la capitale péruvienne. Les oiseaux ont été transportés au parc zoologique de Las Leyendas, où des vétérinaires et biologistes s’efforcent de leur retirer ce pétrole et de les maintenir en vie. Leurs chances de survie sont toutefois limitées. « Nous attendons de voir comment ça se passe jour après jour », a expliqué à l’AFP la biologiste Liseth Bermúdez, qui travaille dans ce parc. « Jamais dans l’histoire du Pérou, on a vu une situation similaire. Il n’y a pas de précédent (…) et on ne pensait pas que ce serait aussi important », a ajouté cette biologiste. Et si la marée noire n’est pas bloquée rapidement, d’autres oiseaux et espèces marines vont disparaître, a averti son collègue, Guillermo Ramos, du Service national des forêts et de la faune sylvestre.