La DGSN en aborde la problématique du rétablissement de la paix dans une conférence scientifique

Sous le thème intitulé «Rôle des institutions sociales et associations civiles dans l’instauration de la sécurité», et en collaboration avec l’université arabe Nayef des sciences sécuritaires, se déroule une conférence scientifique organisée par la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), et ce, les 26, 27 et 28 août en cours. Lors d’une conférence de presse organisée, hier, mardi, pour l’occasion, Abderrahmane Ben Ibrahim Al-Chaer, secrétaire général de l’université Nayef des sciences sécuritaires (Nauss) basée à Riyad, n’a pas voulu trop donner de chiffres, tel que souhaité par les représentants de la presse nationale, venus en force, mais il a préféré, en guise de préliminaires, axer son intervention sur ce qu’il a qualifié de «raisonnement sécuritaire et la sécurité du raisonnement», afin, a-t-il expliqué, de s’opposer au terrorisme qui trouve ses racines dans le raisonnement et qui, associé au crime organisé, représentent des phénomènes qui ne sont pas circonscrits au seul monde arabe, n’a-t-il pas manqué de mettre en relief. Ayant précédemment pris la parole, Lakhdar Dehimi, officiant en tant que superviseur de la rencontre scientifique représentant la DGSN, a insisté sur le rôle qu’ont à jouer les institutions de l’État, ainsi que sur celui que se doivent de mener les associations et la société civile dans la lutte contre le fanatisme et l’extrémisme et, ainsi, assurer le rétablissement de la sécurité dans le pays. Lors de son intervention, le responsable, et après avoir loué la présence de ses invités, est longuement revenu sur la rencontre. «Cette rencontre scientifique se déroule dans le cadre du programme annuel de travail de la DGSN, relatif aux activités scientifiques et culturelles ordinaires», a-t-il notamment dit soulignant que l’objectif recherché demeurait le développement des compétences des cadres de la Sûreté nationale, et ce, grâce à leur participation à des colloques autant nationaux que de dimension internationale. La présente rencontre, a-t-il encore ajouté, se tient à la suite de la première conférence portant sur «La concrétisation du rôle des organismes scientifiques dans l’éveil de la conscience sécuritaire», tenu en collaboration avec l’université d’Alger l’année écoulée. En 2011, une rencontre scientifique s’est déroulée sous le thème de : «Développement de la prise en charge sociale des assurés des services de sécurité». Mettant en ligne de mire le crime organisé, Lakhdar Dehimi a rappelé le rôle qu’ont à jouer les associations et la société civile. À noter que pour la présente conférence, qui s’étale sur trois jours, il est prévu l’intervention d’experts et d’académiciens dans le domaine sécuritaire et social de différents pays arabes. L’Algérie sera présente avec des conférenciers issus de l’université d’Alger et l’université d’Alger 2. S’inscrivant dans le cadre de la «stratégie de la DGSN en matière de renforcement de la coopération entre les universités et organisations sociales», la rencontre sus citée a comme objectif avoué de «cultiver davantage le sens sécuritaire auprès de la société civile au service des questions de sécurité et de prévention», avaient notamment indiqué les organisateurs de l’événement.
Mohamed Djamel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>