Reseau

LA DGSN DÉMANTÈLE UN RÉSEAU DE CYBERPEDOPHILIE DIRIGÉ DEPUIS LE MAROC : 16 suspects dont deux Marocains arrêtés

Un important réseau pédophile actif sur les réseaux sociaux et dirigé depuis le Maroc vient d’être démantelé par le Service central de lutte contre le crime organisé (SCLC) de la DGSN. Ce réseau dangereux qui cible l’enfance algérienne est composé de 16 personnes, dont deux de nationalité marocaine. Selon les services de police, les suspects ont été arrêtés et présentés devant la justice.

Ainsi, après avoir épié scrupuleusement les activités et le mouvement suspects de ce réseau sur plusieurs comptes des réseaux sociaux, et suite à un laborieux travail mené pour remonter jusqu’à la source de cette infamie, le SCLC a fini par localiser le cerveau dans le royaume marocain. Ce réseau est tenu par des cybercriminels qui agissent sous de faux profils et de fausses identités. L’étendue de ce réseau qui exploite sexuellement la petite enfance est importante, comme on pouvait le constater à travers les 14 wilayas où ont été arrêtés les suspects. Visiblement, les deux Marocains servent d’agents de liaison entre la source du réseau et ses tentacules en Algérie. Il va sans dire que l’objectif funeste recherché par ce réseau à travers l’atteinte à la pudeur des enfants (issus du cursus primaire) étant de porter atteinte à la dignité des familles et de la société algérienne en général.
Et pour éclairer l’opinion publique nationale sur cette affaire indécente, la DGSN a publié, hier, un reportage où certains des suspects ont avoué leur forfait. Pour l’un des membres actifs de ce réseau sur le territoire national, le dénommé « H.B » témoigne qu’il est « H24 » connecté sur les réseaux sociaux, notamment Facebook. « J’étais en train de commenter lorsqu’un compte intitulé Floria me contacta en privé. Il m’a proposé d’être administrateur du groupe que j’ai accepté. En échangeant avec lui, il me paraissait être un Algérien, puisqu’il ne m’a pas dit qu’il est Marocain(…) », avoue-t-il. Et de poursuivre que son « parrain » lui demandait de poster des photos et autres publications d’enfants.
Pour un autre, présenté sous les initiales « A.S », il témoigne avoir été en contact avec un individu marocain qui lui proposait cette sale besogne, consistant notamment à reproduire le contenu abject sur son propre compte. « Je faisais liker, commenter et suivre les publications pour m’amuser, mais je ne savais pas que l’affaire en arrivera là », témoigne-t-il. Ce mis en cause, après avoir fait son mea-culpa présente des « excuses » à ses victimes et à leurs parents en éclatant en sanglots. À suivre …
Farid G.