Bouchareb

ILS REJOIGNENT LES FRONDEURS DU FLN : Les Indépendants appellent Bouchareb à démissionner

La présence de Mouad Bouchareb à la tête de l’Assemblée populaire nationale (APN) agace de plus en plus de députés. Les appels à son départ n’en finissent plus d’agiter les députés de (l’ancienne) majorité présidentielle depuis le déclenchement de mouvement du 22 février et la démission d’Abdelaziz Bouteflika. Incapable de faire entendre sa voix à l’hémicycle, mais aussi au sein de son parti, depuis qu’il a été chassé en perdant sa qualité de coordinateur général, avril dernier, Bouchareb, qui a fait le pari de soutenir le cinquième mandat de Bouteflika jusqu’au bout, est isolé dans son coin. Ayant un poids important à l’APN en termes de sièges récoltés lors des dernières législatives de 2017, lesdéputés du groupe parlementaire des Indépendants ont rejoint leurs homologues du FLN, en appelant, à leur tour, Bouchareb à démissionner comme réclamé par le Mouvement populaire. Ainsi, dans un communiqué adressé à Bouchareb et signé par le vice-président de son groupe parlementaire, Djebaïlia Youcef, les Indépendants ont affirmé qu’ils vont continuer à boycotter les travaux de l’Assemblée jusqu’au départ de son président, élu, selon eux, «par des mesures anticonstitutionnelles et illégitimes». «Nous sommes des députés de groupe parlementaire des Indépendants, exprimons notre inquiétude de la situation prévalant actuellement à l’APN suite aux mesures anticonstitutionnelles et illégales qui ont mené à l’élection d’un président illégitime à l’Assemblée», peut-on lire dans le communiqué. «Après avoir exprimé notre refus de cette situation à travers le gel de notre activité à l’APN et ce, depuis l’accaparement du poste de président de l’APN, pour ne pas considérer notre assistance comme une acceptation de cette situation, nous allons continuer le boycott même si cela entraînera des conséquences négatives sur l’accomplissement de notre travail en tant que députés, et ce, jusqu’au départ du président de l’APN », poursuit le même communiqué. Le groupe des Indépendants, qui ont pourtant soutenu l’élection de Bouchareb en octobre dernier à la tête de l’APN après la destitution de Saïd Bouhadja – incident de «Cadenas» -, ne fait que dans le suivisme de l’action des partis de la majorité, conduits par le FLN. Depuis qu’il a repris les rênes de parti, Mohamed Djemaï, nouveau homme fort du FLN, a appelé Bouchareb, qu’il a accusé d’être ramené et installé de force dans le parti par «les forces extraconstitutionnelles» à «avoir le courage de démissionner», sous peine de représailles. C’est ainsi que le FLN a commencé à fédérer les autres partis de l’Allégeance pour se dresser dernière la campagne anti-Bouchareb.
Hamid Mecheri