Ouyahia

Il s’est réuni hier avec Hasbellaoui et Hadjar : Ouyahia prend en main le dossier des médecins résidents

À peine quelques jours après la lettre envoyée par le Collectif autonome des médecins résidents algériens (Camra) au président de la République, Abdelaziz Bouteflika, sollicitant son intervention en vue de mettre un terme à la crise qui secoue le secteur de la santé depuis plus de sept mois, le Premier ministre Ahmed Ouyahia s’est entretenu hier avec le ministre de la Santé, le Pr Mokhtar Hasbellaoui ainsi que le ministre de l’Enseignement supérieur, Tahar Hadjar. Selon la chaîne de télévision Dzair News, le Premier ministre prend en charge le dossier des médecins résidents qui revendiquent la suppression du caractère obligatoire du service civil. La rencontre a eu, rappelons le, au lendemain de l’appel au dialogue lancé par les médecins résidents. Ces derniers ont promis de reprendre les gardes à partir du 3 juin prochain, comme preuve de bonne foi pour renouer le dialogue avec la tutelle. Notons que la reprise des gardes a été conditionnée par des négociations fructueuses avec la tutelle. À l’heure où nous mettons cet article sous presse, les représentants du bureau national du Camra, ont affirmé que la tutelle n’a toujours pas réagi à leur proposition. Pour rappel, la suppression du caractère obligatoire du service civil figure en tête des revendications des blouses blanches. Le Premier ministre avait déclaré en février dernier, que « le gouvernement n’acceptera jamais une désertification médicale en Algérie » en réponse à cette doléance. Depuis, le Premier ministre a gardé le même regard sur cette grève, dont il qualifie les revendications de « dépourvues de logique ». Reste à savoir quels sont les détails qui étaient abordés lors de la rencontre. D’ici qu’elles soient dévoilées, le Camra espère un dénouement prochain de la crise qui s’est installée dans la durée. Rappelons enfin qu’après 13 rounds de réunions infructueuses avec les services du ministère de la Santé, le Camra a décidé, comme ultime recours, d’adresser une lettre au président de la République, Abdelaziz Bouteflika. Cet appel a été décidément entendu par le chef de l’État.

Lamia B.