stade omar hamadi

Il s’agit d’un moyen tant réclamé pour éradiquer la violence : Le stade de Bologhine se dote de plusieurs caméras de surveillance

Le dossier de la violence revient au devant de la scène pour occuper tous les esprits. C’est que tout le monde craigne que le fléau prenne des proportions encore alarmantes au fil des journées. On croise même les doigts en vue de la fin de la saison où l’enjeu devient vital aussi bien pour les clubs jouant les premières places ou ceux aspirant à éviter la relégation.
En tout cas, le fait que la bête immonde frappe d’entrée, donne matière à réfléchir. Le phénomène a même secoué la direction générale de la sûreté nationale, qui n’a pas hésité à diligenter une enquête après les incidents ayant émaillé la fin de la rencontre CABBA-MCA. Mais les efforts consentis par le service d’ordre risque de ne pas suffire seuls pour ramener le calme dans nos stades. A ce propos, les spécialistes sont unanimes à conseiller l’installation rapide des caméras de surveillance dans les stades. Un projet datant du temps de l’ancien ministre de la jeunesse et des sports, Mohamed Tahmi, mais qui n’a jamais vu le jour. L’exception peut être nous vient en particulier du stade Omar-Hamadi. La Direction de l’USMA, qui gère ce stade, s’est précipité cette saison pour installer les caméras en question dans pratiquement toute l’infrastructure. C’est la meilleure façon pour pousser les fauteurs de troubles et les énergumènes des stades de réfléchir par deux fois avant de commettre leurs ignobles actes. Il s’agit là sûrement des nouvelles recommandations que la DGSN a promis de transmettre incessamment aux différentes instances, chargées de la programmation et de la direction des matchs de football, pour « éviter des incidents similaires à ceux qui avaient suivi le match de samedi dernier, entre le CA Bordj Bou-Arréridj et le MC Alger (0-1) » comptant pour la 11e journée de Ligue 1 Mobilis, comme annoncé en début de semaine par ce corps de sécurité. On rappelle à ce propos que le Directeur général de la sûreté nationale, Mustapha El Habiri, s’était immédiatement saisi de ce dossier, dépêchant une commission d’enquête dès le lendemain de la rencontre à Bordj Bou-Arréridj, pour mener une investigation, et c’est sur la base de son rapport d’enquête que ces nouvelles recommandations ont été émises. La fin de la rencontre CABB-Arréridj – MC Alger avait connu plusieurs actes de violence et d’agressions, dont ont été victimes des joueurs du MCA, à l’image du capitaine Abderrahmane Hachoud, blessé à la main droite, ainsi qu’un certain nombre de supporters de l’équipe visiteuse. Des jets de pierres avaient éclaté entre les supporters des deux équipes, ayant conduit à l’intervention des services de la protection civile, qui ont transporté nombre de blessés vers l’hôpital. Selon un communiqué de la DGSN, le rapport de la commission d’enquête fait état de l’arrestation de douze personnes dont trois sont des repris de justice. Pour rappel, 31 policiers ont été blessés et 17 engins et voitures avaient été endommagés. Suite à ces actes de violence, le CABBA a écopé de quatre matchs à huis clos, dont deux à l’extérieur, et devra s’acquitter d’une amende de 400 000 dinars.

Hakim S.