Massacres

IL INTERPELLE LE GOUVERNEMENT FRANÇAIS SUR LES MASSACRES COLONIAUX ET VEUT CONTRIBUER À L’EDIFICATION DE LA NOUVELLE ALGÉRIE : Le collectif Massar Djadid voit le jour à Lyon

Initiative de la communauté algérienne établie à Lyon, un collectif dénommé Massar Djadid (nouvelle voie) a vu le jour, hier, dans la métropole française, a-t-on appris de son coordinateur Nacer Khabbat. Le choix de cette date, aussi mémorable que sombre rappelant le massacre d’Algériens à Paris, lors des manifestations du 17 octobre 1961, n’est pas fortuit. Au-delà de la symbolique, ce collectif autour duquel sont mobilisés une quarantaine de citoyens et personnalités algériennes, se veut une force de mobilisation pour participer de concert à l’édification de la nouvelle Algérie promise par le président Tebboune. D’emblée, et profitant de cette halte historique, Massar Djadid est monté au créneau pour interpeller le gouvernement français sur les crimes coloniaux commis sur des Algériens qui manifestaient alors pour l’indépendance de leur pays. Pour ce faire, ce collectif de la diaspora nationale exige la reconnaissance de ce crime d’État et la consécration de cet événement en érigeant sur les lieux du massacre un mémorial en hommage aux victimes. D’autre part, Massar Djadid se veut, de cette structure née en appui aux efforts de la société civile en Algérie, un acte de contribution à l’édification de la nouvelle Algérie, qui reste tributaire de la consécration de la révision constitutionnelle du 1er novembre prochain. À l’occasion, les initiateurs ont appelé les Algériens à participer « massivement » au rendez-vous pour aspirer au changement dans le pays. Ainsi, conclut ce collectif dans un message reçu à notre rédaction, « Dans un esprit constructif et positif, nous souhaitons contribuer humblement à l’écriture de cette nouvelle page d’une Algérie nouvelle ».
Farid G.