Cnapeste

Il appelle à un débrayage les 26 et 27 novembre prochains : Le CNAPESTE remobilise ses troupes

Le Conseil national des professionnels du secteur ternaire de l’Éducation a décidé de reconduire son action de contestation au niveau des établissements scolaires relevant de la direction d’Alger-centre. Après le débrayage du 22 octobre dernier, le CNAPESTE annonce le recours à une autre grève de deux jours prévue les 26 et 27 du mois en cours, pour dénoncer certaines décisions prises par l’académie.

La section syndicale du CNAPESTE au niveau d’Alger-centre semble ne pas vouloir battre en retraite, et menace même d’aller vers des actions d’envergures si les revendications soulevées persistent à être ignorées par la direction de l’académie. La grève du 22 octobre passé n’ayant pas permis d’atteindre les objectifs escomptés dont notamment l’ouverture des canaux de dialogue avec les responsables, a en effet poussé le syndicat à renouer avec la grève. Pour ce qui est du motif à l’origine de la contestation, le syndicat avait dénoncé, dans un communiqué rendu public, une décision arbitraire consistant en le transfert de deux enseignants vers d’autres établissements sans leur consentement et cette décision n’a pas été annulée, en dépit de toutes les tentatives. Le syndicat dénonce, en outre, un blocage total à ce niveau puisque la direction de l’Éducation d’Alger-centre refuse de coopérer. De son côté, le porte-parole du CNAPESTE avait fait savoir, dans de précédentes déclarations, que le bureau national suivait ce dossier de plus près. Ce dernier décidera de la généralisation de la grève au niveau national si la situation de blocage venait à persister. Il est important de rappeler que dans son premier préavis de grève, le CNAPEste, section d’Alger, avait expliqué que la décision de recourir à la grève est intervenue à la suite d’une situation de «blocage» avec les responsables de la direction de l’Éducation d’Alger-centre. La dernière réunion, qui s’est déroulée le 2 octobre dernier entre les deux parties, consacrée à trouver des solutions aux problèmes posés n’ayant abouti à aucun résultat. Le but de la grève serait, selon ses initiateurs, de dénoncer la mauvaise gestion des établissements scolaires à ce niveau, et le transfert «arbitraire» des enseignants d’un établissement à un autre sans l’accord de ces derniers. Le CNAPESTE revendique, en outre, la résiliation des mesures arbitraires ayant trait à la liberté syndicale. L’an dernier, ce même syndicat était l’initiateur d’une grève de plus de trois mois ayant touché, le plus, la wilaya de Blida. Ce mouvement avait occasionné, rappelons-le, un retard considérable dans l’avancement des cours des classes de terminale, ce qui avait contraint le ministère à reporter la date du Baccalauréat. Afin d’éviter que cette situation ne se répète cette année, le département de Benghebrit devrait trouver les solutions aux problèmes posés au moins pour que les élèves ne soient pas pris en otage, encore une fois.
Ania Nait Chalal