islamistep3

Hirak algérien : Infiltration et manip islamiste

Mettant à profit la conjoncture très spéciale récemment vécue par notre pays, les activistes du parti dissout, ayant partie liée avec le terrorisme, ne serait-ce que parce qu’aucun d’entre-eux n’a dénoncé explicitement les odieux crimes commis en Algérie durant la décennie 1990, en se cachant derrière l’obscène questionnement du « qui-tue-qui ? », ont mis en branle d’adroites manœuvres pour tenter de récupérer et de détourner à leur profit le fantastique et historique soulèvement populaire contre le cinquième mandat de Bouteflika et des siens.

Ce véritable hold-up politique et détournement de la volonté populaire, que nous suivions de près depuis plusieurs semaines déjà a donc été adroitement mené par des animateurs des intégristes de Rashad, qui sont allés même jusqu’à utiliser comme « vitrines présentables » des animateurs très en vogue du « hirak », – peut-être à leur corps défendant – à l’image de Karim Tabbou et Mustapha Bouchachi
L’alerte, très sérieuse nous est venue du site payant Maghreb Intelligence. Frappé du sceau de l’exclusivité, l’article en question fait carrément état de « mouvements suspects des réseaux islamistes, en France, et un peu partout ailleurs en Europe, où Mourad D’hina a toujours eu ses « entrées». «Les réseaux islamistes algériens en France inquiètent particulièrement les services de sécurité français », révèle ainsi ce journal, qui s’empresse d’ajouter qu’« un récent rapport, très alarmiste », a été adressé dans ce sens à Matignon, le Premier ministère français. a-t-on appris de plusieurs sources concordantes. « Un récent rapport sécuritaire a été transmis au bureau de Matignon en France pour mesurer l’ampleur des nouveaux trafics que tentent de développer en France des mouvances islamistes algériennes avec pour objectif d’exercer un contrôle total sur le Hirak, le mouvement populaire algérien, dont la diaspora algérienne en France est devenue l’une de ses premières forces motrices ». l’ampleur de cette menace qui ne laisse pas d’inquiéter les renseignements hexagonaux eux-mêmes a, par ailleurs, de quoi en étonner plus d’un : «Ces trafics peuvent même prendre des formes ahurissantes». À titre d’exemple, le mouvement islamiste algérien Rachad, qui active essentiellement depuis la Suisse et l’Angleterre, a déployé plusieurs plateformes sur Paypal pour recevoir des fonds de provenance douteuse et servant à financer des activités dans l’optique d’agrandir leur influence sur les collectifs qui organisent régulièrement les rassemblements au niveau de la Place de la République.
Parmi ces plateformes, nous retrouvons celle d’un populaire Facebooker affilié à Rachad, dénommé Amir Dz, qui demande à ses 600 000 abonnés sur Facebook de verser chaque mois des euros sur un compte hébergé sur la plateforme américaine PATREON pour pouvoir regarder des contenus attentatoires à la morale impliquant des élus ou des responsables algériens ! » Le journal ajoute que cet agitateur professionnel sur les réseaux sociaux, sans doute alimenté par des marionnettistes qui ne veulent pas que du bien à l’Algérie, aurait pu récolter la bagatelle de pas moins de 28 000 euros en un laps de temps très court. De l’argent qui atterrit sur un compte bancaire à Londres. Un mécanisme de financement inédit qui a intrigué les services de sécurité français, lesquels ont ouvert une enquête au cours de laquelle ils ont découvert que la campagne d’Amir DZ fait souvent des allers et retours entre Genève et Paris pour transporter du cash servant à financer des rencontres, mobiliser les « sans papiers, ou financer des manifestations aussi bien en France qu’en Algérie ». De fait, ces réseaux criminels ne désespèrent pas de redonner vie au « hirak », tel que souhaité par eux, car ces marionnettistes ne désespèrent pas de faire vivre à l’Algérie le même scénario imposé à la Syrie. En France, l’enquête est toujours en cours. Mais lors de son arrestation à Paris le 6 juillet dernier et au lendemain de sa libération le 7 juillet, Amir Dz a compris que les services spécialisés français sont en train de faire une vaste enquête sur les réseaux de ses alliés Rachad et les financements occultes qui proviennent de ces plateformes cybernétiques. Par conséquent, sur son compte PATREON, il a supprimé rapidement les contenus pornographiques portant atteinte à la vie privée des personnalités algériennes qui y figurent. Placé sous contrôle judiciaire, Amir Dz sera jugé au mois de septembre prochain. Il risque l’expulsion du territoire français ou l’extradition vers l’Algérie qui le réclame à coup de plusieurs mandats d’arrêt internationaux.
Kamel Zaidi