Grève des postiers : le Snateg solidaire

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, le Syndicat national des travailleurs de l’électricité et du gaz (Snateg) souligne son entière solidarité avec les travailleurs d’Algérie Poste, s’agissant de leurs nombreuses revendications que le Snateg juge légitimes.
Mieux, le Syndicat de Sonelgaz, se disant très préoccupé par la situation socioprofessionnelle des travailleurs de la Poste et les dépassements, ainsi que les obstacles auxquels ils font face, s’élève contre toute atteinte à leurs droits fondamentaux, en assimilant leur «combat à son propre combat» tel qu’il ressort dans une motion de soutien adressée à la Coordination nationale des travailleurs de la Poste, après le préavis de grève ouverte, à partir du 10 janvier 2015 jusqu’à la satisfaction totale des revendications. Estimant nécessaire ce ralliement à la cause syndicale, le Snateg exprime encore son rejet de toutes les tentatives de contrer l’activité de défense des droits des travailleurs. Au nom de «la solidarité syndicale», les représentants des travailleurs de l’électricité et du gaz s’élèvent contre le non-respect de la dignité des travailleurs de la Poste et soutiennent leurs revendications en vue de l’amélioration de leurs conditions de travail. Il est à rappeler que le secteur de la Poste est entré, depuis assez longtemps maintenant, dans une zone de turbulences, via un bras de fer entre la direction et les travailleurs, dont le pic a été traduit par le départ du directeur général Mohamed-Laïd Mahloul, dont le vrai-faux limogeage, le 10 décembre de l’année écoulée, avait défrayé la chronique médiatique. Depuis, c’est le pourrissement. C’est à cet effet que les Postiers ont décidé d’une grève illimitée, à partir de la semaine prochaine. À la base de leur grogne, des revendications transmises à la tutelle, mais non satisfaites jusqu’à l’heure.
Mais en plus des revendications salariales et de versement de primes, dont la rémunération des heures supplémentaires durant le Ramadhan, le travail du soir, et l’augmentation de la prime de rendement individuel et collectif, ils appellent à la fermeture des bureaux de poste les samedis, tout en réclamant un système de permanence durant cinq jours de la semaine au lieu de six ouvrables actuellement. Par ailleurs, les Postiers exigent l’ouverture d’une enquête sur la gestion de l’entreprise et des ressources humaines depuis 2003, et celle de la Mutuelle et des œuvres sociales des travailleurs. Enfin, ils demandent l’annulation de toutes les décisions arbitraires qui ont affecté un groupe de travailleurs en raison de leurs activités syndicales, ainsi que l’application des décisions de justice rendues en faveur des travailleurs, et l’annulation des mesures disciplinaires subies par les Postiers qui revendiquent le droit au libre exercice de l’action syndicale, comme autorisé par la Constitution et la loi. En tout état de cause, une situation qui préfigure d’une année sociale difficile à l’ombre d’une crise pétrolière annoncée asphyxiante, et dont celle des Postiers s’apparente à un message passant comme… une lettre à la poste !
Nourredine B.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>