Miel

Foire apicole à Tizi Ouzou : La transhumance pour pallier à la baisse de la production locale de miel

Le recours à la transhumance est la solution trouvée par les apiculteurs de la wilaya de Tizi-Ouzou, pour pallier la baisse de la production de miel dans la wilaya, a-t-on appris, des participants à une foire apicole organisée au centre-ville.

Des apiculteurs, rencontrés à la placette du musée où se tient la 5ème édition de la foire du miel exposition-vente de produits de la ruche, ont indiqué à l’APS que la production locale de miel connait une régression ces dernières années due à plusieurs facteurs, notamment des conditions climatiques défavorables, que la transhumance leur permet d’obtenir une récolte satisfaisante. Le président de l’association des apiculteurs de Tizi-Ouzou Mhouel Slimane, a observé à ce propos que plus de 80% des miels produits par les apiculteurs de Tizi-Ouzou, en 2018, ont été récoltés dans d’autres wilayas dans le cadre de la transhumance. «Durant la saison apicole écoulée, je n’ai pu produire que 4 à 5 kilos de miel par ruche, alors qu’en bonne saison on peut atteindre jusqu’a 40 kilos de miel par ruche», a souligné ce même apiculteurs. La transhumance vers des wilayas des Hauts-Plateaux notamment et du Sud, permet aussi de diversifier les miels proposés au consommateur local et de lui faire découvrir notamment les miels mono floraux tels que ceux d’euphorbe, de jujubier, de tamaris et d’asphodèle. Localement, les apiculteurs produisent essentiellement des miels de forêts, de montagne, d’eucalyptus, et d’agrumes en raison d’existence de verger agrumicole dans certaines localités telle que la région de Draa Ben-Khedda, a-t-on appris de même source. Selon les chiffres communiqués par la direction locale des services agricoles, à l’occasion de cette foire animée par 23 apiculteurs de la wilaya et qui se poursuivra jusqu’au 12 de ce mois, seulement 2 640 qx de miel ont été produits en 2018 contre 3 130 qx en 2017, une baisse due essentiellement aux conditions climatiques défavorables. Aussi les apiculteurs qui n’ont pas fait de transhumance ont préféré produire des essaims, ce qui a permis de réaliser le chiffre record, jamais atteint, de 57 361 colonies, a déclaré le chargé de la filière apicole à la DSA, l’ingénieur agronome Tarik Benabdelaziz. Le wali Abdelhakim Chater, qui a inauguré cette foire, a souligné l’importance de la transhumance dans la diversification des miels. «C’est toutes les régions d’Algérie qui sont présentes aujourd’hui à Tizi-Ouzou, à travers les miels produits dans différentes wilayas, permettant ainsi au consommateur local de découvrir la richesse du terroir mellifère nationale». Il a aussi insisté auprès des apiculteurs sur l’importance de s’organiser en coopératives pour assurer la commercialisation de leur production. M. Chater a aussi relevé les efforts de l’Etat pour le développement du secteur agricole. Il a rappelé à ce titre que le ministère de l’Agriculture, du Développement rural et de la Pêche a accordé à la wilaya de Tizi-Ouzou, en 2018, un programme de 6 664 ruches pleines financé par le Fonds national de développement rural pour un montant de 39,984 millions de DA.