Festival national du theâtre de marionnettes : Hommage à Hamidi Saïd en ouverture du festival

Un hommage à titre posthume a été rendu mercredi à Aïn Témouchent à Hamidi Saïd, pionnier du théâtre de marionnettes en Algérie en ouverture de la 9e édition du Festival culturel national du théâtre de marionnettes (FCNTM). À cette occasion, le commissaire du festival, Bouarfa Karim a rappelé l’action du défunt artiste, considéré comme le fondateur de la marionnette, décédé, le 24 mai dernier à l’âge de 77 ans à Avignon (France). Il a rappelé que le regretté Hamidi avait été honoré le 1er juin 2010, à l’occasion de la 4e édition du FCNTM, par la présentation en avant-première, lors de la cérémonie d’ouverture, de son spectacle « Les aventures de Djeha, les marionnettes et les clowns ». Ce spectacle, sélectionné au concours du Festival mondial d’Avignon, prévu en juillet de la même année, avait permis à sa troupe « Masrah El Araïs » d’utiliser une technique d’une nouvelle génération de marionnettes. À Avignon, il a présenté également un spectacle de grande dimension, une reprise de « les jardins d’Orient ». Né en 1937, cet artiste comptabilise un riche palmarès de 60 ans de métier. Déjà, à l’âge de 21 ans, il a été membre de la Société des auteurs compositeurs dramatiques (SADC) et l’un des fondateurs de la troupe de théâtre « Ennadjah » d’Oran. À Aïn Témouchent, Hamidi Saïd avait encadré, lors de la 4e édition du FCNTM, une session de formation destinée aux meilleures des 11 troupes en lice pour le grand prix. Pas moins de 80 représentations dont dix en concours, six pour les handicapés et 64 pour l’animation de l’environnement, sont prévues lors de la 9e édition qui sera clôturée le 16 juin courant, a indiqué le commissaire du festival. Placée sous le thème « pour le développement de l’art de créativité de la marionnette », cette manifestation, sera marquée par la tenue d’un séminaire dans ce sens et deux ateliers pour la formation de jeunes marionnettistes âgés entre 6 et 14 pour le premier et 15 ans et plus pour le second, a-t-il ajouté. La cérémonie d’ouverture a eu lieu à la salle de conférences du Complexe culturel d’Aïn Témouchent, en présence des autorités locales, du public, qui a assisté à un spectacle intitulé « Boustane El Mahaba » (Jardin de l’amour) du Théâtre régional de Souk Ahras. À compter du jeudi, dix troupes représentant huit wilayas concourront pour les sept prix du festival, dont le grand prix a été relevé à 600 000 DA au lieu de 350 000 DA précédemment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.Les champs obligatoires sont marqués par *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>