Tebboune-Le Driant

ÉVALUATION DE L’ACTION DU COMITÉ MIXTE ÉCONOMIQUE ALGÉRO-FRANÇAIS ET DOSSIERS DU SAHARA OCCIDENTAL, DU MALI ET DE LA LIBYE Jean-Yves : Le Drian en visite de deux jours à Alger

Le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian est attendu, aujourd’hui  à Alger, pour une visite de travail de deux jours, apprend, hier, dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Il s’agit du troisième déplacement du MAE français en Algérie depuis le début de l’année.

Le chef de la diplomatie française a déjà effectué deux visites en Algérie depuis l’élection du président Tebboune à la tête de l’État. La première en janvier et la deuxième en mars derniers. Au-delà d’aborder dans le fond les dossiers d’intérêt commun sur les plans bilatéral et régional,  Le Drian s’entretiendra avec son homologue Sabri Boukadoum. Il sera également reçu par le  président de la République, Abdelmadjid Tebboune, ainsi que par le Premier ministre, Abdelaziz Djerad. À cette occasion, cite le communiqué du MAE, outre les entretiens qu’aura le chef de la diplomatie française avec son homologue algérien, il sera reçu en audience par le président de la République, Monsieur Abdelmadjid Tebboune, ainsi que par le Premier ministre, Monsieur Abdelaziz Djerad ».
L’occasion donc pour les deux parties d’aborder « ce déplacement, qui s’inscrit dans le cadre des consultations régulières inscrites à l’agenda politique et économique convenu entre l’Algérie et la France pour l’année 2020 et qui permettra de faire le point sur les avancées enregistrées de part et d’autre dans la coopération bilatérale marquée ces derniers mois par la concrétisation d’échéances importantes telles que la 6ème session du Comité mixte économique algéro-français, tenue à Alger le 12 mars 2020 », précise la même source quant à l’agenda de cette visite qui s’étalera jusqu’à demain vendredi.
Cette visite donnera également lieu à « un échange de vues sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun, notamment la situation au Sahara occidental, le dossier malien et la situation dans la région du Sahel, ainsi que la crise en Libye dont le règlement sera au centre des discussions entre les deux parties », ajoute le MAE.
Le chef de la diplomatie française, dont la visite intervient dans une noria de hauts responsables qui ont défilé à Alger, devrait évoquer  le conflit en Libye et la situation au Mali en sus de la coopération bilatérale que Paris souhaite relancer au moment où plusieurs pays se montrent particulièrement intéressés par notre pays et le redressement de son économie.

Développement de la situation au Mali et en Libye
Sur les dossiers libyen et malien, Paris et Alger ont des points de convergence, alors que  la situation dans ces deux pays voisins  évolue vers le dialogue. En  Libye, les deux camps rivaux observent le  cessez-le-feu et ont participé à des rencontres préparatoires à une rencontre importante du dialogue à Tunis début novembre. Pour l’Algérie et concernant la Libye,  le président Tebboune a réaffirmé qu’« il n’y a qu’une seule solution en Libye ». Il a jugé « urgent d’éteindre le feu en Libye en organisant des élections législatives, avec la participation de tout le peuple libyen, pour élire une direction libyenne. Sinon, il n’y a aucune solution, sauf pour perdre du temps et aggraver la crise. » Le chef de l’État a réitéré également  la position de l’Algérie sur le Mali, soulignant que  « l’Algérie suit de près les développements de la situation sécuritaire et politique au Mali frère, un pays dont nous considérons la stabilité un appui à notre sécurité stratégique et nationale », a-t-il dit. Il a ajouté que  l’accord de paix d’Alger est « la solution idoine et durable à même de mettre fin au conflit opposant les antagonistes maliens. Nous prônons l’union nationale au Mali et n’accepterons pas de scission du pays ni de division du peuple malien », a dit le président Tebboune, en affirmant que « la solution au Mali passe par la légitimité populaire ».
M. Bendib